•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Tunisiens fêtent le 1er anniversaire du départ de Ben Ali

Des milliers de personnes se sont réunies à Tunis pour souligner le premier anniversaire du départ de l’ex-président Ben Ali.

Des milliers de personnes se sont réunies à Tunis pour souligner le premier anniversaire du départ de l’ex-président Ben Ali.

Photo : AFP / FETHI BELAID

Radio-Canada

Des milliers de Tunisiens se sont rassemblés samedi sur l'avenue Bourguiba, à Tunis, pour célébrer le premier anniversaire de la chute de l'ex-président Zine el-Abidine Ben Ali, réfugié depuis en Arabie Saoudite.

Les manifestants ont notamment scandé le célèbre « Dégage » qui a marqué la révolution tunisienne.

Un large périmètre de sécurité a été établi autour du ministère de l'Intérieur, symbole de l'ancien régime devant lequel avait commencé la dernière manifestation avant la fuite de Ben Ali, il y a un an.

Le président tunisien Moncef Marzouki a assuré que son pays poursuivrait « sa marche vers la liberté » lors d'une cérémonie officielle au Palais des Congrès.

« Le 14 janvier est une journée qui marque la fin d'une période sombre, d'un régime autoritaire et corrompu [...], et la révolution tunisienne nous a ouvert les portes d'un avenir rayonnant », a déclaré M. Marzouki devant plusieurs centaines d'invités, dont l'émir du Qatar Hamad ben Khalifa Al-Thani et le président algérien Abdelaziz Bouteflika.

Pour marquer cet anniversaire, le ministère de la Justice a annoncé la libération conditionnelle de 9000 détenus.

Aux Nations unies, le porte-parole du Secrétaire général Ban Ki-moon a rappelé que la révolution tunisienne avait pavé la voie à plusieurs autres soulèvements et donné naissance au printemps arabe. « Il y a un an, la détermination du peuple tunisien à exiger la démocratie, la liberté et la dignité a été une source d'inspiration pour le monde entier. Son courage a fait écho dans toute la région où d'autres peuples, encouragés par les actions de leurs frères et soeurs tunisiens, ont pareillement trouvé le courage de faire entendre leurs aspirations légitimes. »

La révolte en Tunisie est née après qu'un jeune marchand de fruits et de légumes se fut immolé par le feu à Sidi Bouzid pour dénoncer les conditions de vie économiques et sociales dans le pays.

Selon l'ONU, quelque 300 personnes sont mortes lors des manifestations qui ont suivi et 700 autres ont été blessées.

À l'issue des élections qui ont eu lieu en octobre dernier, le parti islamiste Ennahda a obtenu le plus grand nombre de sièges à l'assemblée constituante.

Avec les informations de Agence France-Presse

International