•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ex-ministre Nathalie Normandeau défend ses nouvelles fonctions

Nathalie Normandeau et le premier ministre du Québec, Jean Charest

Nathalie Normandeau et le premier ministre du Québec, Jean Charest

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ancienne ministre et députée de Bonaventure, Nathalie Normandeau, se défend de violer la loi sur la transparence et l'éthique en matière de lobbyisme en acceptant un poste de vice-présidente au développement des affaires pour la firme d'experts-comptables Raymond Chabot Grant Thornton.

L'ex-ministre Nathalie Normandeau soutient qu'elle connaît bien la loi et qu'elle ne sera transgressée d'aucune manière dans ses nouvelles fonctions. « Ma fonction future est balisée par certaines contraintes et ces contraintes font en sorte qu'il y a des choses que je ne pourrai pas faire », commente la ministre.

L'ancienne vice-première ministre du Québec, qui interviendra principalement comme conseillère auprès des entreprises, indique que ce poste a été créé tout spécifiquement pour elle.

Dans un communiqué publié vendredi, le futur employeur de Nathalie Normandeau explique qu'il est bien au fait « des contraintes auxquelles Mme Normandeau est assujettie à l'égard du Code d'éthique et de déontologie des membres de l'Assemblée nationale et de la Loi sur la transparence et l'éthique en matière de lobbyisme ». Raymond Chabot Grant Thornton spécifie qu'elle a bien l'intention de se conformer à ces règles.

La firme assure « qu'aucun mandat spécifique lié au Plan Nord » ne sera confié à l'ancienne ministre des Ressources naturelles.

Vives critiques

Néanmoins, l'expert en éthique et gouvernance, Donald Riendeau, rappelle que l'ancienne ministre des Ressources naturelles et responsable du Plan Nord a eu accès à des informations privilégiées pendant son mandat. « Il faudrait être très naïf de penser une fois qu'elle travaille pour Raymond Chabot Grant Thornton et qu'elle conseille des clients qu'elle n'utilise pas cette information. Le Québécois est en droit de se poser des questions », croit M. Riendeau.

Le député péquiste d'Ungava, Luc Ferland, responsable du développement nordique, est indigné par cette nomination. Selon lui, l'ancienne ministre responsable du Plan Nord, fait fi du code d'éthique adopté par le gouvernement. Ce code précise qu'un ex-membre du Conseil des ministres ne peut tirer avantages de ses anciennes fonctions.

Les directives du premier ministre, qui étaient en vigueur au moment de la démission de Mme Normandeau, lui interdisent, dans l'exercice de ses nouvelles fonctions, de donner des conseils à partir d'informations non publiques pendant les deux ans suivant son départ de la vie politique. De plus, la Loi sur la transparence et l'éthique en matière de lobbyisme l'empêche de faire ce type d'activités auprès du gouvernement

Le Parti québécois demande au premier ministre Jean Charest de ramener son ancienne ministre à l'ordre.

Gaz de schiste et mines

L'ex-députée, qui était aussi ministre des Ressources naturelles dans le gouvernement Charest, avait annoncé son retrait de la vie politique en septembre dernier, disant vouloir retrouver une vie privée à elle. Elle avait notamment porté l'épineux dossier de l'exploitation du gaz de schiste au Québec lorsqu'elle était ministre.

Selon des informations recueillies jeudi sur le site Internet de Raymond Chabot Grant Thornton, la firme travaille notamment pour des compagnies exploitant des ressources naturelles et des sociétés minières. Or, le gouvernement de Jean Charest fait la promotion depuis plusieurs mois de son Plan Nord, dont le développement minier est le fer de lance.

L'ancienne ministre n'est toutefois pas soumise au nouveau code d'éthique des députés, entré en vigueur le 1er janvier dernier.

Mme Normandeau doit entrer en fonction en mai 2012.

Nathalie Normandeau a représenté la circonscription de Bonaventure à titre de députée libérale pendant 13 ans.

Diplômée en sciences politiques, elle a aussi été mairesse de Maria, en Gaspésie, de 1995 à 1998.

La société d'experts-comptables Raymond Chabot Grant Thornton oeuvre principalement dans les domaines de la certification, de la fiscalité, des services-conseils, du redressement d'entreprise et de l'insolvabilité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec