•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le synchrotron de Saskatoon jette une lumière sur la vie des dinosaures

Le professeur de physique Mauricio Barbi devant la réplique d'un crâne de tricératops, au Royal Saskatchewan Museum de Regina

Le professeur de physique Mauricio Barbi devant la réplique d'un crâne de tricératops, au Royal Saskatchewan Museum de Regina

Photo : La Presse canadienne / ROY ANTAL

Radio-Canada

Un professeur de physique de l'Université de Regina, Mauricio Barbi, utilise pour la première fois la technologie du synchrotron de Saskatoon pour mieux comprendre la vie des dinosaures sur le continent, il y a de cela des dizaines de millions d'années.

Le synchrotron est un grand instrument électromagnétique destiné à l'accélération de particules à haute énergie. Il produit une lumière des millions de fois plus brillante que le soleil, permettant de voir la structure et connaître la composition de presque tous les matériaux.

Sans cette puissante lumière, les chercheurs devraient fracasser les échantillons d'os fossilisés pour aller extraire l'information, comme la concentration d'éléments particuliers.

« On a ici toute la technologie, la technologie très avancée qu'on peut utiliser pour voir des choses qu'on ne peut pas voir quand on utilise des techniques conventionnelles », affirme le professeur Barbi.

À l'aide d'images tridimensionnelles, Mauricio Barbi peut désormais voir, par exemple, que l'os d'une vertèbre d'un dinosaure vivant il y a 68 millions d'années est pauvre en calcium.

« On peut penser qu'il y a eu un changement de l'environnement et un changement climatique ou quelque chose comme ça », dit-il.

Mauricio Barbi espère publier, dans un an, les résultats de ses recherches effectuées à l'aide de l'appareil, avec une équipe de six paléontologues et géologues de la province.

Le synchrotron de l'Université de Saskatchewan, le seul au Canada, a reçu un financement des gouvernements fédéral et provincial l'an dernier afin de produire des isotopes médicaux sans utiliser de réacteur nucléaire.

L'appareil peut aussi être utilisé dans les industries pharmaceutique et minière, dans le domaine environnemental et dans la recherche sur le cancer.

Avec les informations de Pascale Bouchard

Saskatchewan

Science