•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sclérose en plaques : le recrutement en vue d'essais cliniques commence

colonne vertébrale

colonne vertébrale

Photo : Centre hospitalier universitaire de Dijon

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Saskatchewan lance le processus de recrutement de volontaires pour une étude sur l'efficacité d'un traitement controversé contre la sclérose en plaques.

Le premier ministre de la province, Brad Wall, et le ministre de la Santé, Don McMorris, en ont fait l'annonce jeudi. Il s'agit d'un partenariat conclu avec des chercheurs américains pour que des résidents de la province puissent prendre part à des essais cliniques réalisés à Albany, dans l'État de New York.

Des 130 personnes qui participeront à l'étude, 86 proviendront de la Saskatchewan. La province consacrera 2,2 millions de dollars à cette étude.

Quelque 3500 personnes sont atteintes de sclérose en plaques dans la province, qui connaît le plus haut taux de prévalence de cette maladie au pays.

Selon le premier ministre Wall, il s'agit d'un grand pas en avant, qui permettra à la province, si les essais sont concluants, d'offrir de meilleurs soins à ces patients.

Le gouvernement explique qu'il choisira de façon aléatoire les candidats parmi les personnes qui auront signifié leur intérêt. La moitié des personnes recrutées recevront le traitement et l'autre moitié servira de groupe contrôle, sans recevoir le traitement. Le suivi auprès des participants durera deux ans, pour que les scientifiques puissent observer les effets du traitement.

La date limite pour envoyer une candidature est le 24 février.

Un traitement controversé

Les essais cliniques effectués concernent la thérapie de libération développée par le médecin italien Paolo Zamboni. Ce médecin avance que la sclérose en plaques est causée par l'obstruction de certaines veines. Il a mis au point un traitement pour dégager ces veines par une angioplastie, en dilatant les artères avec un cathéter ballon.

Cette méthode est contestée dans le milieu scientifique et les études manquent à ce sujet. Le consensus au sein de la communauté médicale est que la sclérose en plaques est une maladie neurologique et auto-immune. La méthode Zamboni la considère plutôt comme une perturbation de la circulation sanguine.

En octobre 2010, la Saskatchewan devenait la première province au pays à s'engager à financer de tels essais cliniques.

Le gouvernement fédéral a lui aussi annoncé en juillet son intention de financer ce type de recherche.

Plusieurs Canadiens se sont rendus à l'étranger pour tenter de suivre le traitement du Dr Zamboni.

Avec les informations de La Presse canadienne, et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !