•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La députée fédérale Lise St-Denis quitte le NPD pour se joindre au PLC

Lise St-Denis

Lise St-Denis

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La députée fédérale de Saint-Maurice-Champlain, Lise St-Denis, quitte les rangs du Nouveau Parti démocratique pour se joindre au Parti libéral.

Elle en fait l'annonce mardi avant-midi, lors d'une conférence de presse effectuée aux côtés du chef libéral intérimaire Bob Rae et du député de Bourassa, Denis Coderre.

Cette enseignante retraitée de 71 ans a expliqué que cela « s'inscrit avant tout dans la continuité de [sa] réflexion sur l'avenir du Canada et sur la place que doivent occuper au sein de nos institutions les Québécois et les francophones de tout le pays ».

« Le choix que je fais est motivé par les défis qui attendent les gens de ma circonscription, lesquels ont connu ces dernières années des difficultés liées à la mondialisation des économies nationales. »

— Une citation de  Lise St-Denis

« Nous avons vécu des heures de prospérité grâce à la foresterie et aux pâtes et papiers, et nous devons maintenant faire des choix qui nous guideront de nouveau vers la réussite économique », a-t-elle précisé.

Mme St-Denis dit qu'après avoir écouté les interventions des députés libéraux à la Chambre des communes, elle en est venue à reconnaître la « valeur de leur travail collectif », leur « sens du devoir » et leur « engagement ». « Je suis du Parti libéral du Canada parce que ses orientations en matière de politique sociale, de création d'emplois, de politique extérieure et d'environnement m'apparaissent comme génératrices d'espoir pour les gens des communautés de ma circonscription de Saint-Maurice-Champlain et de tout le Canada », a poursuivi la nouvelle députée libérale.

La députée de Saint-Maurice-Champlain affirme que son choix est celui d'« une femme libre de ses opinions et qui oriente son avenir politique en fonction des besoins du pays et d'un pragmatisme nécessaire à la survie de nos institutions, de nos programmes sociaux, de même qu'aux valeurs qui ont fait la grandeur de notre nation ».

Elle a admis avoir des divergences de vues avec la direction du NPD dans différents dossiers, notamment en ce qui concerne l'intervention en Libye, le recours à un partenariat public-privé pour la construction du futur pont Champlain et l'abolition du Sénat, une idée pourtant écrite en toutes lettres dans le programme politique qu'elle a défendu lors des élections.

Interrogée sur ce changement d'allégeance qui survient à peine huit mois plus tard, Mme St-Denis dit qu'elle va « tenter d'expliquer » aux gens de sa circonscription que « les libéraux ont toujours accordé beaucoup d'importance aux problèmes régionaux et aux différences régionales ».

À un journaliste qui lui demandait si les citoyens de sa circonscription avaient voté pour elle ou pour le NPD, elle a invoqué le charisme de l'ancien chef néo-démocrate.

« [Les électeurs de ma circonscription] ont voté pour Jack Layton, mais Jack Layton est mort. »

— Une citation de  Lise St-Denis

Le PLC se réjouit, le NPD réclame une élection partielle

Rasséréné par ce nouveau développement, le chef libéral Bob Rae a salué l'arrivée de cette nouvelle députée. Il dit avoir été frappé par sa sincérité et son intégrité lorsque Mme St-Denis a entrepris des discussions en vue de son ralliement à la fin du mois de décembre.

« Quitter l'opposition officielle pour le troisième parti n'est pas exactement une décision d'opportunisme. Parlons franchement! »

— Une citation de  Bob Rae

Le son de cloche émis au NPD était fort différent.

Brian Topp a réagi à la défection de Mme St-Denis.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Brian Topp a réagi à la défection de Mme St-Denis.

« Ils ont voté pour Jack Layton, ils ont voté pour elle, comme une candidate néo-démocrate. Ils ont voté pour des principes et des valeurs et un programme qu'elle a avancés il y a à peine quelques mois », a déclaré Brian Topp, considéré comme l'un des favoris de la course à la direction du NPD. « Alors, selon moi, son obligation, maintenant, c'est de consulter son électorat pour voir s'ils sont d'accord avec son geste. »

Le président du caucus québécois du Nouveau Parti démocratique, Guy Caron, a lui aussi dénoncé la décision de son ancienne collègue.

Lors du dernier scrutin, les électeurs ont voté pour le changement, mais recruter des députés au sein d'une formation adverse constitue une vieille façon de faire de la politique, a fait valoir le député de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques au cours d'un point de presse tenu après celui de Mme Saint-Denis.

« Changer d'affiliation politique est un manque flagrant de respect envers la démocratie. Cela encourage le cynisme envers les politiciens », a-t-il déclaré. Il a rappelé que le NPD a fait campagne en faveur d'une politique selon laquelle les transfuges devraient démissionner et tenter de se faire élire sous la bannière de leur nouveau parti lors d'une élection partielle.

« Honnêtement, si les libéraux sont si convaincus de la contribution qu'elle peut apporter, nous les mettons au défi de déclencher une élection partielle au cours de laquelle elle sera en mesure de défendre les idées libérales, et nous pourrons soumettre les valeurs et le travail du NPD au test des électeurs », a-t-il dit.

Les néo-démocrates auront désormais 101 députés à la Chambre des communes, les libéraux, 35.

Élue malgré son absence

Mme St-Denis a été élue pour une première fois à la Chambre des communes le 2 mai dernier. Ce n'était pas la première fois qu'elle se présentait sous la bannière néo-démocrate.

Bien qu'elle ait été absente sur le terrain pendant presque toute la campagne, Lise St-Denis a défait le bloquiste Jean-Yves Laforest par plus de 4700 voix.

Elle subit actuellement des traitements à Montréal pour un lymphome non hodgkinien qui la tiennent à l'écart des travaux de la Chambre des communes.

Mme St-Denis avait appuyé Thomas Mulcair dans la course à la direction du NPD.

La circonscription de Saint-Maurice-Champlain comprend une bonne portion de l'ancienne circonscription représentée pendant des décennies par l'ex-premier ministre Jean Chrétien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !