•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Grand Montréal veut relancer le débat sur le financement des transports en commun

Circulation sur le pont Champlain

Dans un avenir plus ou moins proche, les automobilistes pourraient devoir payer pour circuler à Montréal.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) va lancer le mois prochain une grande consultation publique sur la question du financement des transports en commun. Deux pistes majeures sont envisagées : instaurer des péages dans et aux abords de l'île et/ou créer une nouvelle taxe municipale sur l'essence.

En banlieue, le constat est sans équivoque. Les usagers veulent davantage d'autobus. À Montréal même, les problèmes de congestion routière encouragent fortement les citadins à laisser leur voiture à la maison. Dans les deux cas, les besoins sont évidents : il faut densifier la desserte assurée par les transports en commun.

« Ce qui est majeur pour nous présentement, explique le maire de Vaudreuil-Dorion, Guy Pilon, c'est d'avoir du financement régulier et récurrent. » L'édile n'a pas de solution miracle. « Tout sera sur la table », précise-t-il en parlant des consultations que va lancer la CMM.

Deux solutions de financement seront plus particulièrement soumises à la population. La création d'une taxe sur l'essence, facile à mettre en place, recueille les faveurs de plusieurs élus. L'idée d'instaurer un péage routier fait également son chemin.

« Le péage est peut-être une solution, ou peut-être qu'il ne l'est pas », observe Guy Pilon, qui cherche à élargir le débat en se demandant si une ceinture de péages autour de l'île serait positive pour Montréal.

Payer pour rouler dans ou vers Montréal

Selon les schémas à l'étude, le péage serait métropolitain. La facturation serait appliquée dans la couronne montréalaise, mais elle serait aussi imposée aux Montréalais qui circulent sur les voies rapides parcourant l'île.

Quoi qu'il en soit, le maire de Vaudreuil-Dorion affirme qu'il ne faut plus perdre de temps. Compte tenu des chantiers routiers en cours et à venir, il considère que le nouveau mode de financement des transports en commun devrait être mis en place d'ici un an. Selon lui, « on est déjà en retard sur certaines choses ».

En tout cas, peu importe la solution retenue, elle devra obtenir l'aval du gouvernement du Québec. Le ministre fédéral des Transports, Denis Lebel, a lui déjà annoncé qu'Ottawa songeait à instaurer un péage sur le futur nouveau pont Champlain.

D'après un reportage de Davide Gentile

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !