•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bas-Saint-Laurent : bientôt la pêche à l'éperlan

Éperlans

Pêche à l'éperlan (archives).

Radio-Canada

Les pêcheurs d'éperlans prendront d'assaut la banquise à l'embouchure de la rivière Rimouski au cours des prochains jours. Chaque année, entre 500 et 1000 pêcheurs s'adonnent à cette activité dans le Bas-Saint-Laurent.

En raison des mauvaises conditions de glace de l'an dernier, la saison de la pêche blanche a été décevante. Néanmoins, selon le biologiste Guy Verreault du ministère des Ressources naturelles et de la Faune, les prévisions pour 2012 sont plus réjouissantes. Il souligne que les éperlans de deux, trois et quatre ans seront plus nombreux cette année. De plus, M. Verreault soutient que les captures seront de belles tailles.

Contrairement à la Gaspésie, les pêcheurs du Bas-Saint-Laurent ne peuvent faire de la pêche commerciale. Depuis trois ans, le quota par pêcheur est limité à 60 éperlans par jour.

Guy Verreault estime que de 15 à 20 tonnes d'éperlans sont pêchées chaque saison : « Pour l'éperlan, ce sont des valeurs qui sont durables et soutenables pour l'espèce. »

Le biologiste appelle toutefois à la prudence puisque le cycle de vie de l'éperlan est court. « C'est une espèce fragile, mais c'est une espèce qui remonte rapidement », ajoute-t-il. Le taux de reproduction du printemps dernier aurait été dans la moyenne.

Le plan de restauration de l'éperlan mis en place en 2003 semble porter ses fruits. Le poisson était alors désigné comme étant une espèce vulnérable, mais voilà que l'éperlan réapparaît dans des rivières de Kamouraska, Montmagny et Rivière-du-Loup.

Guy Verreault soutient que ce serait en grande partie grâce à la gestion de la pêche, et à l'amélioration de la qualité de l'eau et des habitats de croissance et de reproduction de l'espèce.

Est du Québec

Chasse et pêche