•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grandes dents et grosses pattes!

smilodon

Crâne d'un tigre à dents de sabre (smilodon)

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les espèces anciennes préhistoriques qui avaient des dents de sabre avaient également des pattes avant plus grosses en comparaison avec les espèces similaires de la même époque.

Pourquoi? La paléontologiste américaine Julie Meachen et ses collègues du National Evolutionary Synthesis Center à Durham affirment que cette corrélation tient au fait que ces dents démesurées sont plus susceptibles de se briser que les canines plus courtes. Les prédateurs aux dents de sabre tiraient donc avantage de leurs fortes pattes pour maîtriser plus rapidement leur proie, et protéger ainsi leurs précieuses dents.

smilodon-tigreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De longues canines supérieures émergeant devant une mâchoire inférieure les caractérisaient.

Photo : UCLA

C'est en juillet 2010 que la chercheuse et son équipe ont découvert que les os des pattes du smilodon étaient très denses, environ 15 % de plus que prévu, compte tenu de leur longueur. La raison restait toutefois nébuleuse.

En 2009, une étude avait montré que les tigres à dents de sabre, qui vivaient en Amérique entre 2,5 millions d'années et 10 000 ans avant notre ère, chassaient en groupe comme les lions actuels.

Deux hypothèses sont avancées pour expliquer la disparition de l'espèce. D'abord, un changement climatique aurait entraîné la disparition ou l'adaptation des grands gibiers avec, par exemple, la prolifération du bison.

Ce changement n'aurait pas été salutaire pour ce chasseur très spécialisé. Ensuite, l'hypothèse d'une chasse intensive par l'homme n'est pas exclue, même si aucun élément ne le démontre à ce jour.

Le saviez-vous?

Le smilodon n'était pas le plus gros prédateur sur le sol américain durant le Pléistocène. Il était contemporain des lions d'Amérique et de l'ours à face courte.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !