•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un groupe pro-vie contre-attaque à l'Île-du-Prince-Édouard

Un bébé
Radio-Canada

Un groupe antiavortement lance une campagne à l'Île-du-Prince-Édouard pour contrer ce qu'il qualifie de désinformation de la part de militants pro-choix.

Selon Anne-Marie Tomlins, membre de ce mouvement nommé Prince Edward Island Right to Life, il n'existe pas d'enfant non désiré. Elle en a elle-même adopté deux, et elle dit que des milliers de Canadiens aimeraient faire de même. C'est le genre de message que son groupe a l'intention de répéter publiquement au cours de la prochaine année

Le mouvement pro-choix prend de l'ampleur à l'Île-du-Prince-Édouard, et les militants antiavortement veulent contrer certaines notions qu'ils qualifient d'erronées. Le président du mouvement, Greg Hebert, dit notamment qu'il n'y a pas de droit à l'avortement au Canada.

Greg Hebert affirme aussi que la procédure est plus risquée qu'on le dit et que les femmes qui se font avorter subissent un véritable traumatisme.

Shannon Moore applaudit quant à elle le gouvernement de Robert Ghiz, qui n'a pas l'intention d'offrir le service d'avortement. « Je crois que l'Île-du-Prince-Édouard est un exemple pour le Canada », dit-elle.

Les résidentes de l'Île-du-Prince-Édouard doivent se rendre dans d'autres provinces pour une obtenir une interruption de grossesse. Selon les circonstances, le gouvernement provincial peut en payer les coûts.

Acadie

Santé publique