•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Athènes agite la menace d'une sortie de la zone euro

Le nouveau premier ministre grec, Lucas Papademos, s'adresse au Parlement, lundi.
Le nouveau premier ministre grec, Lucas Papademos, s'adresse au Parlement, lundi. Photo: La Presse canadienne / AP/Thanassis Stavrakis
Radio-Canada

La Grèce devra quitter la zone euro si elle ne parvient pas à un accord avec ses bailleurs de fonds internationaux sur son deuxième plan de sauvetage de 171 milliards de dollars, a averti mardi un porte-parole du gouvernement grec, Pantelis Kapsis.

Athènes tente de conclure une entente avec l'Union européenne (UE), le Fonds monétaire international (FMI) et ses créanciers privés sur les modalités du plan de sauvetage qui prévoit que la Grèce adopte de nouvelles mesures d'austérité.

De telles mesures sont décriées par l'opinion publique, et ce tout récent message du gouvernement vise à renverser la tendance. Le premier ministre grec Lucas Papademos doit d'ailleurs s'adresser à la nation à ce sujet dans les prochains jours pour essayer de convaincre son peuple d'accepter les sacrifices qui lui sont demandés afin de réduire le déficit et de restructurer l'économie.

La Grèce a déjà adopté plusieurs mesures d'austérité début décembre, dont des augmentations de taxes et une diminution des dépenses. Toutefois, les bailleurs de fonds internationaux pourraient demander aux Grecs d'en faire davantage. Déjà, les économistes s'attendent à un déficit grec encore plus important que prévu en 2011.

« Des mesures additionnelles pourraient être nécessaires. Les discussions avec les banques et établissements financiers privés détenant la dette grecque, aspect clé d'un futur accord, sont particulièrement difficiles », a souligné Pantelis Kapsis.

Une rencontre est prévue à Athènes en janvier entre l'UE, le FMI et les différentes banques centrales européennes pour essayer de finaliser le plan de sauvetage.

La Grèce fait face à une dette de près de 300 milliards de dollars. En mai 2010, un premier plan de sauvetage lui a permis de recevoir 146 milliards de dollars.

Avec les informations de Reuters, et BBC

Économie