•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Produits forestiers Résolu : Québec ne renouvellera pas le bail de la centrale Jim-Gray

Usine Kénogami de Produits forestiers Résolu

L'usine Kénogami de Produits forestiers Résolu (archives)

Radio-Canada

Le gouvernement du Québec ne renouvellera pas le bail qui permet à Produits forestiers Résolu (PFR) d'exploiter la centrale Jim-Gray sur la rivière Shipshaw, à Saguenay.

Cette décision a été prise en raison du refus de la multinationale de déposer des projets d'investissements détaillés avec des montants et des échéanciers, comme le réclamait le ministre des Ressources naturelles et de la Faune, Clément Gignac.

« Malheureusement, la compagnie était réticente à s'engager avec des investissements fermes, une cédule précise. Donc, comme le prévoit la Loi 8 à défaut d'un renouvellement, bien, à ce moment-là, j'ai avisé par écrit ce matin [vendredi] Produits forestiers Résolu qu'il y aurait une rétrocession du barrage », explique-t-il.

La Loi 8, adoptée par le gouvernement Bouchard, prévoyait que le bail serait renouvelé de 2012 à 2022 si Papiers forestiers Résolu s'engageait à investir plus ou moins 400 millions de dollars pendant cette période.

Le gouvernement reprend donc les droits d'utilisation de la centrale Jim-Gray, d'une capacité de 66 mégawatts sur un réseau de MW, sans aucune compensation. L'installation a représenté près du tiers des profits de PFR lors des derniers mois.

Les activités de la forestière dans la région ne seront pas touchées pour le moment, indique son responsable des communications Pierre Choquette. « La compagnie prend acte de cette décision-là du gouvernement, et puis on va évaluer évidemment toutes nos options possibles au cours des prochains jours, des prochaines semaines. On va prendre le temps qu'il faut », dit-il.

Clément Gignac se disait furieux contre la papetière qui avait annoncé la fermeture d'une des deux seules machines encore en activité à l'usine de Kénogami. Il avait averti par écrit l'entreprise le 16 décembre que son bail risquait de ne pas être reconduit.

Le ministre responsable de la région, Serge Simard, appuie la décision, de même que le Parti québécois. « Ce n'est pas d'être fier, mais beaucoup plus de démontrer que le gouvernement prend ses responsabilités en fonction des ententes qui avaient été prises au départ et que l'entreprise ne respecte plus », affirme M. Simard.

Le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, se dit satisfait du geste posé par le gouvernement, mais l'incite à faire davantage pour sa région. « Produits Forestiers Résolu a fermé la machine à papier numéro six [à Kénogami], ce qui représente 150 emplois. Le gouvernement, à notre demande d'ailleurs, s'est prévalu de son droit de récupérer le barrage. Maintenant, la prochaine étape, c'est qu'il faut s'assurer que ces mégawatts-là servent à créer des emplois au Saguenay-Lac-Saint-Jean », estime-t-il.

Le gouvernement se donne un délai de 60 jours pour qu'Hydro-Québec puisse vérifier les installations et se pencher sur l'avenir des employés rattachés à la centrale.

D'après le reportage de Maxime Denis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie