•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un incendie ravage un sous-marin nucléaire russe

Les pompiers luttant contre l'incendie du sous-marin à Rosliakovo, un chantier naval militaire qui dépend du port de Sveromorsk.

Les pompiers luttant contre l'incendie du sous-marin à Rosliakovo, un chantier naval militaire qui dépend du port de Sveromorsk.

Photo : AFP / STR

Radio-Canada

Les services d'urgence ont enfin éteint l'incendie qui s'était déclaré hier sur la coque d'un sous-marin nucléaire russe lors de travaux de réparation. Aucune fuite radioactive n'a été détectée.

« L'incendie est éteint, il n'y a plus de flammes », a déclaré le ministre russe des Situations d'urgence, Sergueï Choïgou, cité par l'agence Interfax. « La poursuite des opérations va être prise en charge par le ministère de la Défense », a-t-il ajouté.

Les autorités russes ont décidé d'immerger le bâtiment pour venir à bout des flammes. Plus de 100 pompiers ont participé à la lutte contre l'incendie. Le comité d'enquête de Russie a fait état de neuf personnes hospitalisées après avoir été « légèrement » intoxiquées par la fumée.

Les autorités russes ont exclu tout risque de fuite radioactive à la suite de cet incident.

Le ministère des Situations d'urgence a indiqué dans un communiqué que le niveau de radioactivité sur le lieu de l'incendie du sous-marin K-84 Ekaterinbourg est dans la norme et ne présente « pas de menace pour la population ».

Au moment de l'incident, le submersible se trouvait au chantier naval militaire de Rosliakovo, dans le nord-ouest du pays, pour des réparations. Aucune arme nucléaire n'était à bord de l'Ekaterinbourg et son système de propulsion nucléaire était coupé.

Les autorités n'ont pas encore établi les causes de l'incendie, qui s'est déclaré dans l'échafaudage en bois monté autour du sous-marin avant de se répandre à son revêtement en caoutchouc.

Selon le Kremlin, le président russe Dimitri Medvedev a ordonné à son gouvernement de faire toute la lumière sur l'accident.

La force de dissuasion nucléaire russe affaiblie

Pour l'expert militaire Pavel Felguenhauer, il s'agit d'une catastrophe énorme.

« Il semblerait que le navire soit perdu et, même si l'on arrivait à le réparer, cela prendrait des années », a-t-il expliqué.

« Perdre un sous-marin nucléaire stratégique, qui pouvait encore servir de dix à treize ans, est un coup important pour le potentiel de dissuasion nucléaire », a analysé M. Felguenhauer, soulignant que la Russie n'avait que six bâtiments de ce type.

Lourde perte pour la Russie

Le sous-marin Ekaterinbourg, mis en service dans la marine soviétique le 30 décembre 1985, pouvait transporter jusqu'à 16 missiles stratégiques Sineva, qui ont une portée de quelque 11 000 km. Le sous-marin procédait régulièrement à des essais de ce vecteur d'arme nucléaire, le dernier ayant eu lieu en juillet.

Le submersible de 167 mètres de long pouvait plonger jusqu'à une profondeur de 400 mètres. Le poids à sec du bâtiment était de 11 740 tonnes et de 18 200 tonnes lorsqu'il était submergé. Son équipage pouvait comprendre jusqu'à 130 personnes.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International