•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Corée du Nord n'envisage pas de changer de politique

Kim Jong-un, durant les funérailles de son père.

Kim Jong-un, devant le cercueil de son père.

Photo : AFP / KCNA

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Corée du Nord a prévenu vendredi la communauté internationale qu'elle ne comptait pas modifier sa politique avec l'arrivée au pouvoir de Kim Jong-un. Cette annonce sans équivoque survient au lendemain de l'intronisation du jeune dirigeant, qui a pris la succession de son père, le défunt Kim Jong-il.

« Nous déclarons solennellement et fièrement aux responsables politiques stupides du monde entier, y compris aux fantoches sud-coréens, qu'ils ne doivent pas s'attendre au moindre changement de notre part », a affirmé la Commission de défense nationale dans un communiqué repris par l'agence officielle KCNA.

Pyongyang écarte également l'idée d'une reprise des pourparlers de paix avec le gouvernement en poste en Corée du Sud. « Comme nous l'avons dit, nous nous refuserons toujours à nouer des liens avec le traître Lee Myung-bak et son groupe », a ajouté cette commission, qui est considérée comme la structure la plus puissante du pays et qui faisait référence au président sud-coréen.

L'agence KCNA et la télévision d'État ont par ailleurs indiqué que le pouvoir nord-coréen voulait « faire payer jusqu'au bout Lee Myung-bak et sa clique pour les péchés impardonnables, pour l'éternité, qu'ils ont commis à l'occasion des obsèques nationales » de Kim Jong-il.

Des opposants nord-coréens, installés dans le Sud, ont profité de l'occasion pour inciter leurs compatriotes à l'émancipation. Ils ont notamment envoyé par ballons des dizaines de milliers de tracts de l'autre côté de la frontière, encourageant la Corée du Nord à entreprendre des réformes et à sortir de l'isolement.

Jeudi, au deuxième jour de la cérémonie funèbre de Kim Jong-il, mort le 17 décembre, son fils Kim Jong-un a été proclamé « leader suprême du parti, de l'armée et du peuple » lors d'un immense rassemblement militaire organisé à Pyongyang.

« Le monde devrait voir clairement comment des millions de nos soldats et de nos citoyens, unis fermement autour de notre cher leader Kim Jong-Un pour transformer le chagrin en courage et les larmes et force, atteindront la victoire finale », a ajouté la Commission de défense nationale dans son communiqué.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !