•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Biblairie GGC du Cégep de Sherbrooke se fait montrer la porte de l'institution

Le propriétaire de la Biblairie GGC, Gérald Caza
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Biblairie GGC ferme ses livres au Cégep de Sherbrooke. L'entreprise familiale a perdu le contrat qu'elle détenait avec l'institution depuis 34 ans. En juin 2012, la librairie cédera sa place à une coopérative formée d'étudiants et d'employés.

« Ça aurait fait 35 ans, en 2012, que la Biblairie GGC s'occupe de fournir tous les manuels pour la rentrée aux étudiants », souligne le propriétaire, Gérald Caza.

« Je suis un ancien enseignant de philosophie du Cégep. À l'époque, il n'y avait pas de service de librairie au collège alors, avec des membres de ma famille et des employés du Cégep, on a fondé une compagnie », rappelle celui qui est maintenant à la tête de trois librairies, dont une à Montréal.

Avec un chiffre d'affaires annuel de près de 25 millions de dollars, la perte du contrat au Cégep de Sherbrooke représente une baisse de revenus de 7 % pour le groupe.

Gérald Caza ne cache pas sa déception. « Il y a un certain deuil à faire, c'est sûr. Par contre, on a été là pendant toutes ces années. On a monté une expertise. On dessert autant des entités comme le Collège Champlain à Lennoxville ou d'autres institutions à travers la province », nuance-t-il.

C'est la seconde fois que Biblairie GGC se fait montrer la porte d'un établissement scolaire. Il n'y a pas si longtemps, elle a dû libérer le plancher de l'Université de Sherbrooke au profit d'une coopérative.

« À l'époque, c'était dans un contexte ou on ne pouvait pas intervenir. Aujourd'hui, on a décidé de s'affirmer comme un citoyen corporatif qui dit tout simplement des faits. On était là pendant 35 ans. On n'y est plus par une décision sans appel d'offres », déplore M. Caza.

Après avoir soumissionné au cours des 34 dernières années, toujours avec succès, difficile de comprendre le choix de l'administration, selon lui.

Il a été impossible de s'entretenir avec la direction du Cégep de Sherbrooke.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !