•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Scandale de l'huile d'olive en Italie

Des olives

Photo : iStockphoto

Radio-Canada

C'est l'émoi en Italie concernant l'un de ses fleurons: l'huile d'olive présentée comme italienne serait en fait le produit de mélanges avec des huiles étrangères meilleur marché.

Le quotidien La Repubblica a publié un dossier, vendredi, qui démontre que 80 % des huiles d'olive italiennes compteraient de l'huile provenant de Grèce, d'Espagne, du Maroc et de Tunisie.

Certains représentants du secteur agricole n'hésitent plus à parler de « mafia agricole », qui sont passés maîtres dans l'art d'effacer les traces de mélanges. Face à ces pratiques, les douanes et le fisc ont lancé une enquête.

Le principal problème, souligne un rapport dont le quotidien a obtenu copie, est que producteurs et exportateurs de l'huile d'olive étrangère sont souvent des filiales des mêmes entreprises qui importent et vendent l'huile en Italie.

L'huile d'olive étrangère serait importée pour 25 ¢ le kilogramme avant d'être revendue plus de 5 $ le kilo. Le journal décrit un véritable cartel où quelques gros joueurs « contrôlent les prix [et] contrôlent le marché ».

En outre, les étiquettes obligatoires sur les bouteilles vendues en Italie ou exportées seraient souvent illisibles ou mensongères.

Le secteur de l'huile d'olive représente un chiffre d'affaires annuel de 6,6 milliards de dollars en Italie.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie