•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Chambre des représentants américaine renouvelle in extremis le financement de l'État

Le Congrès américain

Le Congrès américain

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Chambre des représentants américaine a adopté vendredi le projet de loi de financement de l'État à hauteur de 915 milliards de dollars américains, pressée par la menace de l'interruption de certains services administratifs gouvernementaux qui serait survenue à minuit.

« Pas besoin de s'inquiéter, le gouvernement ne fermera pas ce soir. »

— Une citation de  Harry Reid, le chef de la majorité républicaine au Sénat, cité par CNN

L'adoption du projet de loi assurera le financement de l'État jusqu'au 30 septembre 2012. Les élus américains ont adopté les mesures par 296 voix pour et 121 voix contre.

Pour laisser au Sénat le temps de se prononcer sur les mesures à son tour d'ici samedi, la Chambre a voté une mesure de financement provisoire de 24 heures. Le projet devrait aussi être accepté au Sénat, où les républicains détiennent la majorité.

La paralysie de l'État fédéral qui aurait pu être provoquée par le report de l'adoption du projet de financement aurait pu avoir des conséquences funestes pour l'économie américaine à la veille des congés de Noël, alors que la croissance demeure vacillante au pays et que le taux de chômage s'élève à 8,6 %.

« Après des semaines de difficiles négociations avec nos partenaires du Sénat [...] nous sommes parvenus à un compromis bipartite, bicaméral qui diminue les budgets fédéraux. »

— Une citation de  Hal Rogers, républicain, président de la commission chargée de répartir les fonds publics

Les républicains, qui ont préparé les mesures, ont dû faire des concessions au cours des négociations pour faire adopter leur projet de loi. Ils ont notamment accepté de débloquer 10 millions de dollars pour la mise en place de la réforme de Wall Street que souhaite le président Obama, en plus d'abandonner une mesure qui visait à remettre en place d'importantes restrictions sur les voyages à Cuba qui avaient été assouplies par l'administration Obama.

Les mesures du projet de loi représentent une économie de 31 milliards par rapport à l'exercice budgétaire 2011 et de 95 milliards par rapport à celui de 2010.

Par ailleurs, le Congrès américain a conclu un accord de principe, vendredi, pour une prolongation de deux mois des allègements fiscaux offerts à la classe moyenne. Cet accord comporte une disposition controversée sur la construction du pipeline Keystone XL, entre le Canada et les États-Unis, que le président Barack Obama souhaitait différer, mais que les républicains voulaient à tout prix inclure. Les démocrates sont toutefois sûrs que le projet d'oléoduc n'aura pas le temps d'être lancé dans le cadre de cet accord d'une durée de deux mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !