•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

David Whissell quitte la vie politique

Le député d'Argenteuil David Whissell

Le député d'Argenteuil David Whissell

Photo : La Presse canadienne / JACQUES BOISSINOT

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après 14 ans à l'Assemblée nationale, le député libéral d'Argenteuil et ancien ministre du Travail, David Whissell, quitte la vie politique.

L'homme de 44 ans en a fait l'annonce vendredi dans sa circonscription, qu'il représente depuis qu'il y a remporté une élection complémentaire, en 1998. Il y a été réélu à quatre reprises.

David Whissell a confirmé à Radio-Canada qu'après avoir discuté avec sa famille, il en est venu à la conclusion qu'il était temps pour lui de passer à autre chose.

Nommé ministre du Travail en avril 2007, il a démissionné du Conseil des ministres en septembre 2009, dans la foulée de révélations sur des contrats gouvernementaux attribués sans appel d'offres à la firme ABC Rive-Nord, dans laquelle il détient des actifs.

Ces contrats, accordés par le ministère des Transports du Québec, portaient sur des travaux qui devaient être réalisés dans la circonscription d'Argenteuil.

En conférence de presse, M. Whissell avait expliqué qu'il avait placé ses intérêts dans ABC Rive-Nord dans une fiducie sans droit de regard lorsqu'il a été nommé ministre.

Il affirmait en avoir parlé à l'époque avec le jurisconsulte de l'Assemblée nationale, qui avait confirmé que cela le mettrait à l'abri de conflits d'intérêts en tant que député.

Le jurisconsulte avait cependant spécifié que des directives différentes s'appliqueraient au Conseil des ministres et qu'il avait donc le choix de liquider le patrimoine familial ou de se retirer du Conseil des ministres.

M. Whissell avait choisi la deuxième option.

À quelques semaines de l'entrée en vigueur du nouveau code d'éthique

Selon l'opposition, le moment choisi par M. Whissell pour démissionner n'est pas un hasard. « Là, aujourd'hui, il quitte la politique, au moment où le code d'éthique vient en vigueur le 1er janvier prochain. Est-ce qu'il y a un lien, encore, entre l'éthique et ses intérêts dans sa compagnie d'asphaltage? Je pose la question », demande Bernard Drainville, le député péquiste de Marie-Victorin, en se référant au code d'éthique et de déontologie des élus de l'Assemblée nationale.

Ce code d'éthique proscrit les situations où l'intérêt personnel d'un député pourrait influencer son indépendance de jugement dans l'exercice de ses fonctions, ou celles où un député pourrait utiliser de l'information obtenue en raison de ses responsabilités pour favoriser son intérêt personnel ou celui d'un proche. Le code prévoit aussi qu'un député ne peut, directement ou indirectement, participer à un marché avec le gouvernement, un ministère ou un organisme public. Auparavant, seuls les ministres étaient soumis à de telles règles.

L'adéquiste François Bonnardel évoque lui aussi un lien possible entre l'entrée en vigueur du code d'éthique et les intérêts de M. Whissell, mais il dit ne pas vouloir « émettre de soupçons » à ce sujet. « Il a fait le choix de retourner auprès de sa famille, de se concentrer sur l'entreprise, et on va lui souhaiter bonne chance pour le futur », a-t-il dit vendredi.

Jean Charest a pour sa part tenu à saluer le « travail exceptionnel d'un homme dévoué qui a servi avec exemplarité les Québécois pendant près de 14 ans ».

La circonscription d'Argenteuil étant désormais libre, la vice-première ministre, Line Beauchamp, a quant à elle invité le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, à s'y présenter. M. Legault a déjà indiqué qu'il voulait attendre les prochaines élections générales pour se présenter, mais Line Beauchamp le défie, arguant que « l'heure du courage est pas mal arrivée ».

Le chef de la CAQ a annoncé jeudi son intention de se présenter dans la circonscription de L'Assomption aux prochaines élections générales. Celles-ci pourraient ne survenir que dans plusieurs mois.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !