•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ACF fustige les hautes instances de l'Université de Regina

L'Institut français de l'Université de Regina

L'Institut français de l'Université de Regina

Photo : archives

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) déplore la décision de l'Université de Regina de ne pas renouveler le contrat du directeur par intérim de l'Institut français, Peter Dorrington, dont le mandat prend fin en juin 2012.

L'ACF est également furieuse de ne pas avoir été consultée d'avance de cette démarche.

« Ce qui est inacceptable, c'est l'attitude cavalière de la haute administration de l'Université de Regina qui croit pouvoir prendre des décisions importantes sans consulter la communauté fransaskoise », déplore Paul Heppelle, le président de l'ACF.

Sept employés de l'Institut ont signé une lettre ouverte pour dénoncer la manoeuvre qui pourrait avoir, d'après eux, des répercussions sur l'engagement de l'université envers la communauté fransaskoise.

Ils craignent en outre que le projet de fusionner l'Institut français, le département de français et le baccalauréat en éducation française ne soit menacé.

Les employés ainsi que l'ACF souhaiteraient une vision claire de l'université quant au rôle de l'Institut français dans l'avenir.

L'Université de Regina, quant à elle, affirme qu'il est fréquent de voir quelqu'un occuper un poste de façon intérimaire et retourner ensuite à son emploi initial. L'administration rappelle également que le contrat de M. Dorrington a été prolongé de 10 mois pour se terminer en juin 2012.

« Les décisions des postes académiques ou de ceux des employés sont tout à fait les affaires de l'Université », affirme Barb Pollock, vice-rectrice aux affaires externes.

Le remplaçant de M. Dorrington n'a pas encore été choisi, explique-t-elle, mais ceci pourrait se faire aussi bien avant Noël qu'après le temps des fêtes.

L'Université de Regina affirme également que le projet de fusionner les trois entités francophones fait encore l'objet de discussions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !