•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mark Carney exhorte les entreprises à investir davantage

Mark Carney

Mark Carney à des hommes d'affaires de Toronto, le 12 décembre.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, estime que les entreprises canadiennes doivent absolument investir pour améliorer leur productivité afin d'être concurrentielles sur les marchés émergents.

Lors d'une allocution prononcée devant l'Empire Club du Canada et le Canadian Club de Toronto, lundi, M. Carney a observé que les ménages américains sont engagés dans un long processus d'assainissement de leurs finances, ce qui explique en partie la demande américaine pour les exportations canadiennes.

La situation n'est guère plus rose en Europe, si bien que les entreprises canadiennes, « dont les bilans ont rarement été aussi solides », selon M. Carney, doivent se tourner vers d'autres marchés d'exportation.

« Dans un monde où la réduction des levers d'endettement freine la demande sur nos marchés étrangers traditionnels, les entreprises canadiennes doivent absolument investir afin d'améliorer leur productivité et d'avoir accès aux marchés émergents en expansion rapide », a expliqué le gouverneur.

En ce moment, les entreprises canadiennes « ne sont pas aussi productives qu'elles pourraient l'être et elles ne sont pas assez exposées aux marchés émergents en essor rapide », estime M. Carney.

L'endettement des ménages inquiète la Banque

Si le bilan des entreprises canadiennes est sain, ce n'est pas le cas de celui des ménages, qui sont plus endettés que jamais.

Depuis 2008, dans un contexte de faible taux d'intérêt, l'endettement des ménages a augmenté de 13 %, si bien que les Canadiens sont maintenant plus endettés que les Américains et les Britanniques.

Un jour ou l'autre, les ménages canadiens devront imiter leurs voisins américains et réduire leur endettement, ce qui implique « une réduction de la dépendance de notre économie aux dépenses des ménages alimentées par l'endettement », a expliqué M. Carney.

Pour compenser, « il faudra peut-être pouvoir tabler sur une croissance de 3 points de pourcentage additionnels des exportations, de 4 points de pourcentage des dépenses publiques ou de 7 points de pourcentage des investissements des entreprises ».

Comme M. Carney est d'avis qu'on « ne peut s'attendre du gouvernement qu'il comble l'écart durablement », une hausse des investissements des entreprises apparaît clairement être la solution à ses yeux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !