•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Places en garderies privées : des remboursements qui se font attendre

Garderie
Radio-Canada
Mis à jour le 

Une règle administrative du ministère du Revenu prive les parents de centaines de dollars pendant plusieurs mois si leur enfant entre en garderie privée non subventionnée après le mois de septembre.

Lorsque des parents doivent opter pour des places en garderies privées non subventionnées, ils peuvent débourser jusqu'à une quarantaine de dollars par jour pour faire garder leur enfant. Sur un mois, la facture peut s'élever à quelque 900 $.

Les parents dans une telle situation ont toutefois droit à un remboursement de la part du gouvernement, sous forme de crédit d'impôt anticipé. Même que depuis le début de 2011, le ministère du Revenu accorde des versements chaque mois au lieu de chaque trimestre.

Or, le ministère ne prend plus de nouvelles demandes à partir du 1er septembre pour l'année en cours. Les parents qui inscrivent leur enfant en garderie privée non subventionnée entre septembre et décembre doivent donc attendre une partie de leur argent jusqu'au printemps suivant, lors du remboursement d'impôt.

Une situation que déplorent parents et gestionnaires

Jessica Dumoulin débourse 42 $ par jour pour une place en garderie privée non subventionnée.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jessica Dumoulin débourse 42 $ par jour pour une place en garderie privée non subventionnée.

Des parents qui se retrouvent dans cette situation peinent souvent à joindre les deux bouts. Jessica Dumoulin, dont la fille est entrée en octobre dans une garderie non subventionnée, ne comprend pas cette politique du ministère.

« Si le gouvernement redonne de l'argent aux parents chaque mois, je ne vois pas pourquoi ce n'est pas à l'année longue », s'interroge-t-elle.

Même des gestionnaires de garderie se questionnent sur la pertinence de cette date butoir. « Ça ne nous aide pas du tout, puisque plusieurs de nos enfants rentrent dans ces dates-là », déclare Prescillia Boily, gestionnaire de la garderie Les petits moulins.

Prescillia Boily, gestionnaire de la garderie Les petits moulinsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Prescillia Boily, gestionnaire de la garderie Les petits moulins

Selon Mme Boily, plusieurs enfants entrent justement en garderie en septembre, remplaçant ceux qui partent pour la maternelle.

Radio-Canada tente d'obtenir des explications du ministère du Revenu depuis trois semaines, sans obtenir de réponse. Il est ainsi difficile de connaître le nombre de parents qui se retrouvent dans cette situation.

Au Québec, il existe au moins 18 000 places en garderie privée non subventionnée.

Avec les informations de Chu Anh Pham

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Société