•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gaz de schiste : un aquifère aurait été pollué par la fracturation hydraulique au Wyoming

Valve d'un puit de gaz de schiste

Valve d'un puit de gaz de schiste

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La fracturation hydraulique représenterait un danger pour les eaux souterraines selon un rapport préliminaire de l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA).

Cette méthode injecte à haute pression des fluides dans le sol afin de fracturer les roches et d'en extraire du gaz naturel .

Les chercheurs de l'EPA ont découvert des produits synthétiques associés à l'hydrofracturation dans les eaux souterraines de Pavillion, au Wyoming, un petit village dont les résidents se plaignent de mauvaises odeurs qui émanent de leurs puits.

Les scientifiques ont retrouvé parmi ces produits chimiques des concentrations de benzène qui dépassent les normes du Safe Drinking Water Act, le règlement portant sur la pollution des eaux potables aux États-Unis.

L'Agence américaine a depuis recommandé à ses résidents de ne pas boire l'eau du robinet ou de s'en servir pour faire la cuisine.

La fracturation hydraulique est présentement utilisée à grande échelle en Alberta et dans le nord de la Colombie-Britannique. Le Québec a imposé un moratoire sur son utilisation, sauf pour les fins de l'évaluation environnementale stratégique dans la foulée du dépôt du rapport du Bureau d'audiences publique sur l'environnement (BAPE) sur l'industrie du gaz de schiste, en février dernier.

L'annonce de l'EPA a des implications importantes aux États-Unis et au Canada qui autorisent de plus en plus fréquemment la fracturation hydraulique, dont les moyens et les conséquences sont critiqués par plusieurs organismes environnementaux.

Une étude du Centre canadien de politiques alternatives soutient que l'hydrofracturation dans le Nord de la Colombie-Britannique serait une aussi grande menace pour les cours d'eau que celle représentée par les sables bitumineux en Alberta.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !