•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sables bitumineux : Ottawa donne son feu vert à la mine Joslyn North

Le ministre canadien des Ressources naturelles, Joe Oliver, jeudi, à Ottawa

Le ministre canadien des Ressources naturelles, Joe Oliver, jeudi, à Ottawa

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Ottawa donne son aval au projet de la mine Joslyn North de la compagnie Total E&P dans les sables bitumineux de l'Alberta, qui pourrait représenter des investissements de 9 milliards de dollars.

Le ministre canadien des Ressources naturelles, Joe Oliver, en a fait l'annonce jeudi à Ottawa. Il a précisé que le projet générerait des revenus de 10 milliards pour les gouvernements canadien et albertain au cours des 40 prochaines années.

Le projet, situé à 70 km au nord de Fort McMurray, a été proposé il y a six ans et a dû franchir un long processus d'évaluation en plus de se buter à l'opposition de groupes environnementaux.

Selon le ministre, ce délai montre qu'il faut améliorer l'efficacité du processus d'approbation. À son avis, deux ans devraient suffire pour obtenir toutes les permissions nécessaires.

L'opposition libérale dénonce cet empressement. D'après le député Dalton McGuinty, il faut mieux coopérer avec les provinces qui font leurs propres évaluations aussi, mais il ne faut pas sacrifier l'environnement. Il reproche au ministre Oliver de ne plus parler de développement durable.

Les environnementalistes, eux, dénoncent le projet et le gouvernement canadien qui a choisi de l'annoncer alors que la conférence sur les changements climatiques bat son plein à Durban.

Gillian McEachern du groupe Environmental Defence a publié un communiqué de presse soulignant que le feu vert à Joslyn North annonce un million et demi de tonnes supplémentaires en émissions de gaz à effet de serre, chaque année. Le groupe calcule que cela équivaut à 270 000 voitures supplémentaires sur les routes.

Ottawa estime que l'industrie des sables bitumineux au Canada permettra de soutenir quelque 480 000 emplois annuellement, une cadence qui pourrait se poursuivre pendant 25 ans.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !