•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Égypte : bras de fer entre l'armée et les islamistes sur la nouvelle Constitution

Affiche électorale d'un candidat islamiste aux législatives égyptiennes

Affiche électorale d'un candidat islamiste aux législatives égyptiennes

Photo : Nasser Nasser

Radio-Canada

Les Frères musulmans, vainqueurs de la première phase des législatives en Égypte, ont annoncé jeudi leur intention de boycotter la commission désignée par le Conseil suprême des forces armées (CSFA) pour rédiger la nouvelle Constitution.

La rédaction de nouvelle loi fondamentale du pays devrait être théoriquement confiée à une commission nommée par le Parlement qui sera issu des élections législatives en cours.

Mais dans des déclarations à la presse occidentale, le général Mokhtar el-Moulla, membre du CSFA au pouvoir, a indiqué que la future assemblée, qui sera vraisemblablement dominée par les islamistes, ne sera pas suffisamment représentative de toute l'Égypte.

Le général estime que les auteurs de la future Constitution doivent représenter la société tout entière et pas seulement la prochaine majorité parlementaire. Parmi eux, a-t-il dit, doivent figurer des salariés, des responsables politiques ou des syndicalistes.

Mohamed el-Baltagui, un des dirigeants du parti Liberté et Justice, le parti des Frères musulmans, considère que « toute tentative de marginaliser le Parlement ou de réduire ses prérogatives en faveur de toute autre entité non élue est une façon de contourner la volonté populaire ».

Les islamistes en force

Les diverses formations islamistes ont remporté au total 113 sièges sur 168 en lice pour les deux tours de la première phase de l'élection, selon les résultats rapportés par la presse égyptienne jeudi.

Liberté et Justice se taille la part du lion, avec 80 sièges, suivis par le parti salafiste Al-Nour (La Lumière) avec 33 sièges, à l'issue des deux tours qui se sont tenus les 28-29 novembre et les 5-6 décembre.

Les partis libéraux laïques obtiennent quant à eux 33 sièges, le reste allant à des candidats indépendants ou de petites formations.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Constitution

International