•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle gare d'autobus dans l'Îlot Voyageur

Vue intérieure de la nouvelle gare d'autobus.

Vue intérieure de la nouvelle gare d'autobus.

Photo : Maxime Coutié

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un projet voit enfin le jour dans l'Îlot Voyageur : la Gare d'autocars de Montréal laisse ses locaux au coin de la rue Maisonneuve et déménage tout juste au nord, sur Berri. La nouvelle gare entre en fonction ce jeudi.

Si les nouvelles installations sont modernes et spacieuses, elles contrastent avec le reste de l'Îlot Voyageur, construction inachevée et laissée en plan depuis plus de quatre ans. Pour camoufler le squelette de l'édifice, une toile au coût de 60 000 $ a été installée sur une de ses façades, rue Saint-Hubert.

Plusieurs déplorent que ce soit la première chose que des milliers de voyageurs verront lorsqu'ils arrivent à Montréal. Dinu Bumbaru, directeur des politiques à Héritage Montréal, estime qu'il faut se demander si cela est digne d'une métropole culturelle.

Une gare d'autocars, ça amène beaucoup de gens, ça relie Montréal avec le continent. Le parcours qui y mène, aussi bien que l'espace, l'architecture de cette gare doivent être bien faits.

Dinu Bumbaru, Héritage Montréal
Des toiles camouflent la structure inachevée sur la rue St-Hubert.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des toiles camouflent la structure inachevée sur la rue St-Hubert.

Le gouvernement du Québec a acquis il y a un peu plus d'un an le controversé projet que plusieurs considèrent comme une « cicatrice » au coeur du Quartier Latin. Au total, le projet de l'Îlot Voyageur a coûté plus de 500 millions de dollars aux contribuables.

Québec, qui a investi pour terminer la gare, ne précise toujours pas ce qu'il adviendra du reste de l'immeuble. Au moment de l'achat, le ministre des Finances, Raymond Bachand, avait parlé de développement immobilier, soit avec le privé ou la Société immobilière du Québec.

L'UQAM s'était lancée en 2005 dans le projet de l'Îlot Voyageur, de concert avec le promoteur Busac. En 2008, le gouvernement du Québec avait injecté 200 millions de dollars dans un compte en fiducie pour éponger la dette qu'avait contractée l'UQAM dans ce projet, soumis à tant d'aléas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !