•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa propose d'évacuer les familles sans logis d'Attawapiskat

Des autochtones d'Attawapiskat

Des autochtones d'Attawapiskat

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral offre de faire évacuer les familles d'Attawapiskat qui vivent dans des tentes et des taudis jusqu'à ce que de nouvelles demeures soient disponibles.

Le ministre des Affaires autochtones, John Duncan, a fait cette proposition à la chef de la réserve, Teresa Spence. Attawapiskat est aux prises avec une grave crise du logement.

Le ministre suggère aussi comme solution de rechange de convertir un complexe sportif et un centre de guérison en logements temporaires. Ces deux options lui semblent « justes et raisonnables ».

Il revient maintenant au conseil de bande d'accepter ou de rejeter les solutions temporaires offertes. Mme Spence n'a pas encore fait de commentaires à ce sujet.

Selon l'inventaire du gouvernement, 15 maisons modulaires sont nécessaires pour combler les besoins de la réserve. Le responsable désigné par Ottawa pour administrer la tutelle de la réserve est prêt à acheter ces maisons dès maintenant afin qu'elles soient livrées aussitôt que les routes d'hiver seront praticables, a indiqué le ministre.

Lors de la période des questions à la Chambre des communes, mercredi, M. Duncan a affirmé qu'un plan avait déjà été mis en oeuvre pour aider les résidents d'Attawapiskat.

Nous avons fait livrer des produits de première nécessité comme des toilettes, des fours à bois à haute performance, et du matériel de construction.

John Duncan

Le ministre a par ailleurs dit souhaiter que le conseil de bande collabore avec les autorités gouvernementales pour résoudre la crise. Lundi, des représentants de la chef Teresa Spence ont demandé au responsable de la tutelle de quitter la réserve autochtone dès son arrivée sur place. « Nous n'avons pas besoin d'un banquier pour venir nous dire quoi faire », avait déclaré la chef de la réserve au sujet de Jacques Marion, de la firme comptable BDO Canada.

Des résidents d'Attawapiskat

Des résidents d'Attawapiskat

Plus tôt dans la journée de mercredi, l'opposition officielle néo-démocrate à Ottawa a pressé le gouvernement Harper de dépêcher les Forces canadiennes dans la réserve, pour venir en aide à la communauté.

La chef intérimaire du NPD, Nycole Turmel, plaide que les résidents de la réserve ont besoin de ressources pour l'hiver et que de l'expertise militaire est nécessaire pour l'expédition de ce matériel. Elle a fait valoir que la crise qui prévaut à Attawapiskat n'est pas différente d'autres crises humanitaires qui sont survenues au Canada, pour lesquelles l'armée a été envoyée en renfort.

Croix-Rouge

Pour sa part, la Croix-Rouge a fait parvenir trois avions remplis de vêtements et de sacs de couchage notamment dans la réserve d'Attawapiskat.

Le fédéral a placé le conseil de bande sous tutelle, alléguant que des millions de dollars versés par Ottawa au cours des dernières années ont été mal gérés. La communauté a, pour sa part, chassé de la réserve le superviseur nommé par les conservateurs et a demandé l'aide des Nations unies.

Non-ingérence

De son côté, la Croix-Rouge ne reproche rien, pour l'instant, à la communauté. La porte-parole de l'organisme, Karen Snider, indique que « nous sommes intervenus à la demande de la chef et nous travaillons de très près avec la communauté ».

La Croix-Rouge a établi une liste de priorités de concert avec la communauté d'Attawapiskat, à l'approche de l'hiver. L'accent est mis sur la protection contre les éléments et la sécurité, d'où l'envoi par exemple de sacs de couchage et de détecteurs de fumée.

D'autres équipements et dons recueillis par la Croix-Rouge doivent être acheminés sous peu.

La communauté vit une grave pénurie de logements

La communauté vit une grave pénurie de logements

Photo : Claude G. Gagnon

Ontario

Autochtones