•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Objets du patrimoine familial fransaskois

Radio-Canada
Objets du patrimoine familial fransaskois

La valeur d'un objet ne tient pas seulement à son prix. Le vidéojournaliste Gaétan Benoit est allé en 2005 à la rencontre de Fransaskois qui conservent un piano, un recueil de chants, une canne et bien d'autres objets qui ont une valeur familiale ou patrimoniale. Découvrez des anecdotes et des récits touchants!

La chaise hauteTous les petits postérieurs de la famille Charpentier de Debden s'y sont succédé. Cette chaise haute a été construite en 1890 par George Charpentier, l'arrière-grand-père de François Larouche!

Un recueil de chantsLes soirées chantantes font partie des traditions canadiennes-françaises. Germaine Rondeau, la fille d'Adélard Langlois, présente le chansonnier de son père, qui fait taper des mains, danser et chanter sa famille depuis près de 100 ans!

La chapelleMgr Constant Bourdel désire se faire missionnaire dans les Territoires du Nord-Ouest. Il arrive en 1904 avec sa volonté, sa foi profonde et une chapelle portative. Il fondera la paroisse de Prud'homme.

La collectionAlexandre Gervais est un collectionneur par excellence du patrimoine saskatchewanais. De l'auto jusqu'aux outils aratoires, il commence dès son jeune âge à collectionner. Son ambition ultime est de redonner aux objets leur splendeur originale.

Les manuscritsJean Féron, un des premiers écrivains francophones de l'Ouest, a publié plus d'une trentaine d'œuvres littéraires, dont plusieurs romans. Les manuscrits originaux se trouvent maintenant entre les mains de Jean et Carmelle Lebel, de Zenon Park.

La radioLes soirées familiales autour de la radio étaient un rituel presque quotidien au début du 20e siècle. Marie Bussière a dix ans lorsque son père achète la première radio familiale en 1927. C'est toute une découverte pour elle!

Le pichetLe pichet de la famille Prince de Delmas provient d'une brasserie de Montréal. Il a connu une vie beaucoup plus honorable en Saskatchewan, à servir du lait plutôt que de l'alcool dans la métropole!

La presseLes vieilles presses fascinent Paul Bonneau. En 1965, il lègue une presse toute spéciale, la Washington Press, au Musée du développement de l'Ouest, à Saskatoon. Mais l'antiquité est transférée à North Battleford, et Paul Bonneau craint que cette pièce d'histoire ne sombre dans l'oubli.

Le journalImaginez pouvoir parcourir les hauts et les bas de la vie quotidienne d'un ancêtre au fil de son journal intime. Avec ce journal, Henri Hubert lègue à ses descendants la mémoire du passé.

La canneCette guerre devait mettre fin à toutes les guerres. Le soldat François Bréard a survécu à la Première Guerre mondiale. Dans les tranchées, il a confectionné une canne, symbole des sacrifices de ceux qui ont vécu les deux grandes guerres.

La clocheElle a sonné pendant des années dans les champs des Blondeau, à Domrémy. Lorsqu'elle quitte la France en 1895, la famille apporte plusieurs de ces cloches à vache gravées à son nom. Une seule demeure, et elle fait maintenant partie du patrimoine familial des descendants Blondeau.

Le pianoLes Allard se rassemblent autour du piano familial pour jouer des pièces traditionnelles. Cette passion, c'est l'arrière-grand-père Alfred Allard qui l'a transmise avec cet objet apporté avec lui jusqu'en Saskatchewan.

La batteuseLucien Fagnou, de Saint-Brieux, possède une batteuse qui a vu de nombreuses récoltes et qui ne manque pas d'impressionner les
« cousins de la France ».

La chaise haute
Un recueil de chants
La chapelle
La collection
Les manuscrits
La radio
Le pichet
La presse
Le journal
La canne
La cloche
Le piano
La batteuse

La valeur d'un objet ne tient pas seulement à son prix. Le vidéojournaliste Gaetan Benoit est allé en 2005 à la rencontre de Fransaskois qui chérissent des objets qui ont une valeur familiale ou patrimoniale. Découvrez des anecdotes et des récits touchants!