•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Arthur T. Porter démissionne de son poste de directeur général du CUSM

Le premier ministre Stephen Harper et Arthur T. Porter

Le Dr Porter aux côtés du premier ministre Stephen Harper au Centre universitaire de santé McGill, en 2006

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

Quelques semaines après s'être retrouvé au centre d'un présumé conflit d'intérêts, le directeur général et chef de la direction du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), Arthur T. Porter, a quitté ses fonctions.

Le président du conseil du CUSM, le sénateur conservateur David Angus, a affirmé dans un communiqué émis lundi soir que M. Porter « avait manifesté le désir de céder les rênes de la direction du CUSM » et indiqué que sa démission « pren[ait] effet dès l'approbation par le conseil d'administration ».

Le communiqué cite également le Dr Porter. « Maintenant que j'ai présenté une vision de l'avenir au conseil d'administration, le temps est maintenant venu pour moi de passer à autre chose, peut-on lire. Je vais rester disponible pour fournir tout renseignement nécessaire et pour apporter mon soutien, au besoin, dans le but de faire en sorte que la transition s'effectue en douceur et de manière efficace. »

Le mois dernier, le Dr Porter a également démissionné de la présidence du Comité de surveillance des activités de renseignement de sécurité (CSARS), un organisme indépendant qui surveille de l'extérieur les opérations du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS).

Il y a trois semaines, les membres du conseil d'administration du CUSM avaient pourtant confirmé que M. Porter restait en poste, à l'issue d'une longue réunion d'urgence, avait révélé le quotidien The Gazette.

Officiellement, le conseil d'administration voulait discuter à huis clos des activités externes du Dr Porter afin de déterminer s'il avait porté une attention suffisante au centre, qui est en proie à de sérieuses difficultés financières, avec un déficit budgétaire de plusieurs millions de dollars.

C'est que, en plus de son mandat de PDG du centre hospitalier, qu'il assume depuis 2004, et de celui qu'il a au CSARS, Arthur Porter a fondé un centre de cancérologie aux Bahamas. Il a aussi été nommé président du conseil d'administration d'un organisme privé britannique qui gère des centres de traitement du cancer, et il officie comme administrateur d'un fonds commun de placement d'Air Canada et des Mines de la Vallée de l'Or.

Au centre d'une controverse

Le Dr Porter s'est aussi retrouvé sur la sellette après la publication de deux articles gênants par le National Post. Selon le quotidien torontois, il aurait ainsi remis 200 000 $ à un lobbyiste international pour un projet immobilier en Afrique qui ne s'est jamais concrétisé. L'homme en question, dont le passé est plutôt trouble, devait convaincre la Russie d'investir 120 millions de dollars dans le projet. Il aurait également proposé un poste de consul général honoraire de Sierra Leone, son pays natal, au sénateur Angus, qui aurait décliné son offre.

Les mandats du Dr Porter comme directeur général et chef de la direction de l'hôpital montréalais devaient se terminer le 31 mars 2012.

Au printemps dernier, il avait annoncé qu'il ne briguerait pas un troisième mandat.

Radio-oncologue de formation, Arthur T. Porter a été intégré à la direction du CUSM en avril 2004 pour diriger le processus de transformation et la migration vers le nouveau Centre universitaire de santé McGill, actuellement en construction sur le campus Glen, à Montréal.

Le conseil d'administration du CUSM a par ailleurs désigné le directeur général associé et chef des opérations du centre universitaire, Normand Rinfret, pour assumer les fonctions de directeur général et chef de la direction par intérim.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Société