•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections en Russie : l'OSCE dénonce plusieurs irrégularités

Le premier ministre russe Vladimir Poutine

Le premier ministre russe Vladimir Poutine

Photo : La Presse canadienne / Yana Lapikova

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) disent avoir constaté de nombreuses violations lors du déroulement du vote des élections législatives de dimanche, en Russie.

Selon l'OSCE, les résultats ont été manipulés pour favoriser le parti Russie unie, de Vladimir Poutine, parlant notamment de « bourrage d'urnes ». « Le vote était bien organisé, mais la qualité du processus s'est considérablement détériorée durant le décompte des voix, qui a été caractérisé par des violations fréquentes de la procédure, notamment avec de sérieuses indications de bourrage des urnes », a indiqué l'OSCE.

L'OSCE dénonce aussi « la concurrence politique [qui avait été] limitée et [qui n'était] pas équitable », le « manque d'indépendance » des autorités électorales et des médias, de même que la trop grande proximité entre l'État et Russie unie. Selon Petros Efthymiou, un des observateurs de l'OSCE, « l'État [s'est ingéré] à tous les niveaux de la vie politique » et « des changements sont nécessaires pour que la volonté du peuple soit respectée ».

Les médias indépendants et l'ONG russe d'observation électorale Golos ont de leur côté recensé de nombreuses fraudes tout au long de la journée de dimanche. Les sites Internet de nombreux médias indépendants, comme celui de Golos, ont aussi été la cible d'attaques informatiques, les paralysant.

Russie unie, reportée au pouvoir, mais affaiblie

Après le dépouillement de 96 % des bulletins de vote, le parti Russie unie a remporté les élections en obtenant 49,5 % des voix, a annoncé la Commission électorale centrale. Il raffle ainsi 238 des 450 sièges de la chambre basse du parlement, alors qu'il en détenait 315 à sa dissolution. Il avait obtenu 64 % des voix aux législatives de 2007.

Le Parti communiste, principale force d'opposition à la Douma, arrive deuxième avec 92 sièges et 19,1 % des voix. Il s'agit d'une hausse importante par rapport aux 12 % récoltés il y a quatre ans.

Le Parti communiste déposera des plaintes

Le Parti communiste a indiqué qu'il allait déposer une plainte à la Cour suprême russe pour protester contre les fraudes massives constatées lors du déroulement du vote.

Le parti va aussi déposer des plaintes dans des tribunaux locaux pour contester les résultats. Selon le parti, des violations ont été constatées dans au moins 1600 bureaux de vote dans tout le pays.

Selon le chef du Parti communiste, Guennadi Ziouganov, les élections en Russie n'avaient jamais été « été aussi sales ».

De son côté, la Commission électorale centrale de Russie a soutenu qu'aucune fraude notable n'avait été constatée lors du déroulement du scrutin.

Importante manifestation à Moscou

Des milliers de personnes se sont rassemblées à Moscou et à Saint-Pétersbourg lundi soir pour dénoncer les irrégularités observées lors du scrutin de dimanche. Dans la capitale, entre 2000 et 5000 opposants à Vladimir Poutine se sont réunis pour notamment réclamer le départ du premier ministre. Les manifestants se sont d'abord regroupés le long d'un boulevard où leur rassemblement avait été autorisé. Plusieurs d'entre eux ont ensuite décidé de marcher vers le siège de la Commission électorale centrale, mais ils se sont heurtés à un cordon établi par les policiers. Plusieurs dizaines de manifestants ont réussi à forcer le passage et ont marché sur le Kremlin. La police a dit avoir procédé à une trentaine d'arrestations.

Ce rassemblement de l'opposition est l'un des plus importants des dernières années.

Les États-Unis « très préoccupés »

Plusieurs grandes puissances n'ont pas tardé à dénoncer le déroulement du scrutin de dimanche. Les États-Unis se sont dits « très préoccupés » par les informations de l'OSCE. « Nous sommes également préoccupés par des informations affirmant que des observateurs indépendants du scrutin ont été harcelés et que leurs sites Internet ont subi des attaques », a ajouté la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton.

« Nous espérons que les autorités russes vont prendre des mesures sur la base des recommandations émanant d'observateurs comme l'OSCE dans son rapport final, mais aussi venant de leurs propres observateurs », a-t-elle ajouté. Selon Mme Clinton, le peuple russe mérite « des élections libres, justes et transparentes ainsi que des dirigeants responsables envers lui ».

La France a dit souhaiter que « toute la lumière soit faite » sur ces violations, et le gouvernement allemand a affirmé être « très inquiet » après la publication des conclusions de l'OSCE.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !