•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premières Nations : le défi des finances

La communauté est endettée de plus de 10 millions de dollars et ne fait que couvrir ses dépenses de base, alors que sa population est en constante augmentation.

La communauté est endettée de plus de 10 millions de dollars et ne fait que couvrir ses dépenses de base, alors que sa population est en constante augmentation.

Photo : Claude G. Gagnon

Radio-Canada

La crise du logement que vit la réserve d'Attawapiskat suscite l'interrogation sur la façon dont les communautés autochtones gèrent leur financement. Les anciens chefs John Beaucage et Mike Metatawabin affirment cependant qu'il n'est pas évident de balancer les livres, quand le financement n'est simplement pas suffisant.

« Les communautés doivent constamment voler à Paul pour payer Peter », dénonce John Beaucage, qui a été chef de la Première Nation de Wasaukasing, près de Parry Sound. Il déplore que les budgets soient si minces qu'il ne reste pas d'argent pour les urgences.

De son côté, Mike Metatawabin, l'ancien chef de Fort Albany, près d'Attawapiskat, indique qu'il y a beaucoup de pression au sein de la réserve pour payer les frais de funérailles, ou encore d'électricité ou de loyer impayés, qui ne sont pas dans le budget de la Première Nation.

Histoire à succès

Certaines Premières Nations connaissent pourtant un important développement économique, c'est le cas à Kitigan Zibi dans la région de l'Outaouais.

À Kitigan Zibi, la communauté est devenue un employeur important. Un système de prêts a également été développé, notamment pour faciliter l'acquisition ou la construction de maisons.

La communauté dépend tout de même du financement octroyé par Ottawa, puisque comme à Attawapiskat et dans les autres communautés autochtones, elle ne collecte pas de taxes municipales sur les maisons de son territoire. Malgré tout, Kitigan Zibi a réussi à acquérir un peu plus d'indépendance.

L'ancien chef Jean-Guy WhiteDuck rappelle cependant que ce n'est pas toute les Premières Nations qui ont les ressources économiques et la chance d'assurer le développement de leur communauté.

Ontario

Pauvreté