•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nord de l'Ontario se souvient de la Grande Guerre

Le monument commémoratif à Kapuskasing

Le monument commémoratif à Kapuskasing

Photo : Courtoisie

Radio-Canada

Un circuit touristique traversant le Nord-Est de l'Ontario jusqu'au Nord-Ouest québécois devrait voir le jour d'ici un an. Appelé la Route de l'Internement, ce circuit relierait le musée commémoratif Ron Morel à Kapuskasing au centre d'interprétation du Camp Spirit Lake près d'Amos, en Abitibi.

Cette idée est née à la suite de la récente remise à neuf du cimetière du camp d'internement à Kapuskasing pour les prisonniers de la Première Guerre mondiale et de l'ouverture officielle, la semaine dernière, du premier site commémoratif des camps de détention d'immigrants au Canada, à Spirit Lake.

« C'étaient des camps jumelés et lorsque le camp de Spirit Lake a fermé, une grande partie des internés qui étaient là-bas, ont été transportés à Kapuskasing. Il y a donc un lien très serré entre nos deux villes, nos deux camps et c'est très important de le reconnaître », explique la conservatrice du musée de Kapuskasing, Julie Latimer.

Selon le président de la Corporation du camp de Spirit Lake, Jim Slobodian, il est temps de reconnaître la mémoire de ces personnes qui ont contribué, bien malgré elles, au défrichement de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-Est ontarien. « Ils n'avaient commis aucun crime. Ces gens-là ont été internés pour la seule et unique raison, comme on dit parfois, d'avoir été au mauvais endroit au mauvais moment », raconte-t-il.

Des milliers d'Ukrainiens, de Roumains et de Croates, entre autres, ont été internés, entre 1915 et 1917, dans l'un des 24 camps de prisonniers au Canada. Ceux-ci n'étaient pas des militaires, mais des immigrants considérés alors comme des ennemis du Canada.

Le cimetière du camp d'internement à KapuskasingAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le cimetière du camp d'internement à Kapuskasing

Photo : Courtoisie

À Kapuskasing, le musée commémoratif Ron Morel, a fait appel à un expert pour identifier les noms gravés sur chacune des 21 pierres tombales du cimetière, de ce qui a été le plus important camp de prisonniers durant la Grande Guerre. Le monument commémoratif a été remis à son état d'origine. Pour Julie Latimer, il est important de raviver cette page d'histoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ontario

Conflits armés