•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Premières Nations s'unissent contre la construction de pipelines en C.-B.

déclaration

130 Premières Nations de la C.-B. ont signé une déclaration qui interdit la construction de pipelines et la circulation de pétroliers sur leur territoire.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les chefs de plus 130 Premières Nations ont signé une déclaration s'opposant à la construction de pipelines et la circulation de pétroliers sur les territoires qu'ils revendiquent.

Toute la côte du Pacifique à partir de la frontière américaine à l'océan Arctique en passant par l'Alaska, fait partie du territoire revendiqué par les Premières Nations signataires de l'entente.

L'interdiction vise notamment le projet de pipeline Northern Gateway d'Enbridge dans le nord de la province et celui de Kinder-Morgan dans le sud.

Les Premières Nations n'ont pas officiellement la juridiction nécessaire pour imposer une telle interdiction, mais des lois canadiennes et internationales obligent les gouvernements à consulter les Premières Nations avant de permettre la construction de projets de cette envergure sur des territoires qui font l'objet de revendications.

Selon la chef Jackie Thomas de la Première Nation Sik'uz, membre de l'alliance Yinka Dene, les autochtones de toutes les régions de la Colombie-Britannique s'opposent au transport de pétrole provenant des sables bitumineux sur leur territoire et ils sont prêts à défendre leur position avec tous les moyens dont ils disposent.

Le chef Art Adolph de la Première Nation St'at'imc, ajoute que le gouvernement canadien devrait plutôt faire le nécessaire pour empêcher une plus grande détérioration des rivières et des côtes.

Le projet Northern Gateway

Le projet Northern Gateway d'Enbridge prévoit la canalisation de 525 000 barils de pétrole par jour entre Bruderheim, en Alberta, et Kitimat, en Colombie-Britannique. Le pétrole serait ensuite transporté par pétrolier, notamment en Asie.

Ottawa doit d'abord autoriser la construction des pipelines. L'Office national de l'énergie tiendra à cet effet des audiences au début de l'année prochaine.

Selon Enbridge, le pipeline permettrait aux exploitants des sables bitumineux de réduire leur dépendance à l'égard du marché américain, où la croissance de la demande pourrait ralentir en raison de la fragilité de l'économie.

Il permettrait au Canada de s'engager plus activement en Asie, où les marchés sont en pleine croissance.

Le projet de Kinder-Morgan

Pour sa part, la compagnie Kinder-Morgan voudrait augmenter la capacité de son pipeline Trans Mountain qui transporte du pétrole entre les raffineries d'Edmonton en Alberta vers des ports près de Vancouver et dans l'État de Washington.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !