•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Autochtones du Québec réagissent à la situation d'Attawapiskat

Des abris de fortune à Attawapiskat

Des abris de fortune à Attawapiskat

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

La situation difficile vécue par les Autochtones d'Attawapiskat, en Ontario, fait ressurgir des problématiques similaires dans les communautés de l'Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec.

Les conditions de vie dans la réserve ont nécessité l'assistance de la Croix-Rouge. Le gouvernement fédéral vient de mettre l'administration de la communauté sous tutelle.

Dans la communauté de Lac-Simon, près de Val-d'Or, il y a en moyenne 60 naissances par année.

Selon le directeur des ressources humaines dans la communauté algonquine et ancien député du Parti québécois, Alexi Wawanolath, il faudrait 300 nouvelles maisons à Lac-Simon.

« On a le financement nécessaire pour construire de cinq à six maisons par année, souligne M. Wawanolath. Les gens vivent des fois 15 à 20 dans une maison. »

Le député du Nouveau Parti démocratique (NPD) d'Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, Roméo Saganash, ajoute que les besoins sont criants.

Il souhaite de son côté faire de Kitcisakik, dans la partie nord de la réserve faunique de La Vérendrye, sa priorité. Cette communauté vit aussi dans des conditions difficiles, sans eau courante, ni électricité.

Selon Roméo Saganash, le gouvernement fédéral doit investir rapidement dans la construction de logements.

« Prenons l'exemple des Cris où l'on pense que le développement est assez avancé par rapport à d'autres communautés autochtones, mentionne M. Saganash. Si on voulait régler le problème de manquement de logements chez les Cris, il nous faudrait 2000 maisons, tout de suite. J'imagine le reste des autres communautés autochtones au pays, ça doit être horrible comme problème. »

Le député néodémocrate croit que la construction de logements aurait des effets positifs pour l'ensemble des problèmes sociaux que vivent les autochtones.

Abitibi–Témiscamingue

Autochtones