•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Copinage présumé entre l'Alberta et l'industrie du gaz de schiste

Puits de gaz de schiste
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement albertain a rencontré en privé l'Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP) pour discuter d'une campagne de relations publiques conjointe visant à contrer la « désinformation » sur l'industrie des gaz de schiste dans la province.

Des courriels et des documents internes du gouvernement obtenus par CBC/Radio-Canada montrent que plusieurs réunions ont eu lieu l'été dernier en réponse à une invitation de l'ACPP de produire une campagne de communications conjointe.

Des représentants de la Commission de contrôle des ressources énergétiques, qui régit l'industrie pétrolière et gazière de l'Alberta, ont également assisté à ces réunions.

Le procès verbal d'une rencontre du 9 juin dernier révèle que le gouvernement a approuvé le plan de collaboration.

« [Le gouvernement de l'Alberta] est d'accord que la communication est une priorité, incluant un comité mixte formé de l'industrie et du gouvernement pour développer un langage similaire et une terminologie pour discuter des gaz de schiste. »

« L'objectif est d'améliorer la compréhension de l'exploitation des gaz de schiste et la confiance du public. La préparation d'un document d'information conjoint peut avoir de la valeur lorsqu'il est destiné au public », peut-on lire dans le document.

Un plan de communication secret ?

Bien que le gouvernement et l'industrie paraissent motivés à travailler conjointement, il semble qu'ils ne souhaitaient pas que le public soit mis au courant de cette collaboration. Dans le document, il est mentionné que les deux organisations estimaient important de développer des initiatives de communication distinctes.

« Les deux organisations vont développer un plan de communication conjoint pour vendre cette industrie des gaz de schiste et ensuite elles vont aller devant le public et faire comme si elles n'avaient pas collaboré », a déclaré le président de la Fédération des travailleurs de l'Alberta, Gil McGowan, qui a obtenu les documents grâce à la Loi sur l'accès à l'information.

M. McGowan et d'autres organismes, comme l'Institut Pembina, ont critiqué ces rencontres privées qui, selon eux, montrent le copinage entre le gouvernement, la Commission de contrôle des ressources énergétiques et l'industrie pétrolière et gazière.

Le directeur de l'Institut Pembina, Chris Severson-Baker, affirme que le gouvernement a une longue histoire de collaboration avec l'industrie pétrolière et gazière sur les communications publiques.

L'industrie préoccupée par la « désinformation »

Les documents font également état des préoccupations du gouvernement provincial envers l'industrie qui fait face à la « désinformation » des médias et aux pressions publiques contre les gaz de schiste.

En raison de cette préoccupation, est-il suggéré dans les documents, le gouvernement et l'industrie se devraient coordonner les stratégies de communication sur l'utilisation de l'eau pour le développement des gaz de schiste.

Dans un courriel, un haut fonctionnaire du ministère de l'Énergie, Doug Bowes, suggère que la Commission de contrôle des ressources énergétiques pourrait présider l'initiative conjointe.

Selon le procès-verbal de la réunion du 19 juillet dernier, deux fonctionnaires de la commission, Cal Hill et Bob Willard, ont assisté à la rencontre organisée par des membres du gouvernement et de l'Association canadienne des producteurs pétroliers.

Le porte-parole de la commission, Darin Baker, a expliqué que la participation des fonctionnaires visait seulement à donner des conseils techniques.

Réponses confuses du gouvernement albertain

Bart Johnson, porte-parole du ministre de l'Énergie, Ron Liepert, a dit que les documents étaient « sans importance » puisque les fonctionnaires présents aux réunions n'étaient pas autorisés à rencontrer l'Association canadienne des producteurs pétroliers.

Il a ajouté qu'il n'y avait aucun représentant du Bureau des affaires publiques lors de ces rencontres et que lorsque ce dernier a été mis au courant des rencontres entre l'ACCP et le gouvernement, il y a mis fin.

Cependant, M. Johnson a déclaré plus tard dans une entrevue télévisée qu'il n'y avait rien de mal avec ces réunions. Il a expliqué que le gouvernement se réunit régulièrement avec des représentants de secteurs et d'horizons variés pour discuter de différentes questions.

M. Johnson a ajouté que ce n'est pas le gouvernement, mais l'ACCP qui a décidé de se retirer de l'initiative conjointe de communications.

Chris Severson-Baker, de l'Institut Pembina, demande à la première ministre Alison Redford de respecter ses promesses faites lors de sa course à la direction du Parti progressiste-conservateur d'avoir un gouvernement plus transparent.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !