•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le syndrome d'alcoolisme foetal dans la mire des autochtones

Des manifestants entendent sensibiliser les autorités au phénomène d'alcoolisme foetal.
Des manifestants entendent sensibiliser les autorités au phénomène d'alcoolisme foetal.
Radio-Canada

Les autochtones dénoncent le manque de services pour les adultes aux prises avec le syndrome d'alcoolisme foetal (SAF) en Ontario et le Grand Sudbury sera l'hôte d'une conférence à ce sujet. Les autochtones estiment que les divers paliers de gouvernement devraient financer davantage les centres de traitement afin de mieux diagnostiquer la maladie.

« Si davantage de personnes peuvent recevoir un diagnostic, les chiffres viendront appuyer les demandes pour des services spécialisés, comme en orthophonie ou en ergothérapie », affirme Laurie McLeod-Shabogesic, l'une des organisatrices de la conférence et coordonnatrice à l'Union of Ontario Indians.

Le syndrome d'alcoolisme foetal n'affecte pas seulement les enfants, c'est une maladie qui ne se guérit pas, c'est pourquoi les services offerts doivent grandir avec les patients pour les accompagner tout au long de leur vie

Laurie McLeod-Shabogesic

La directrice générale du centre de santé Shkagamik-Kwe, Angela Recollet, indique qu'elle travaille avec beaucoup d'adultes qui n'ont pas été diagnostiqués, mais qui doivent vivre avec les symptômes. « Une approche copier-coller est appliquée dans tous les aspects, notamment dans le système judiciaire, alors qu'ils nécessitent des besoins particuliers », estime-t-elle.

Le syndrome d'alcoolisme foetal est entre autres responsable de certaines difformités et du déficit d'attention chez les enfants de mères qui en sont atteints. Sur son site web, Santé Canada estime qu'environ un nouveau-né sur 500 à 3000 naît avec le syndrome. Santé Canada souligne également qu'il est difficile de connaître le nombre exact de personnes atteintes en raison du manque de diagnostics.

Ontario

Autochtones