•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des neurones embryonnaires transplantés

neurones-synapses

Photo : iStockphoto

Radio-Canada

Des neurones immatures prélevés sur des embryons de souris ont permis de réparer des cerveaux de souris adultes endommagés, ont annoncé des chercheurs américains.

Le Pr Artur Czupryn et ses collègues de l'Université Harvard ont ainsi réussi à rétablir partiellement le fonctionnement métabolique de rongeurs lorsque les cellules nerveuses étaient transplantées dans des souris ayant une obésité pathologique résultant d'une déficience génétique.

Cette percée est un pas de plus vers la création éventuelle d'une thérapie par remplacement de neurones qui révolutionnera peut-être un jour la médecine humaine. Elle pourrait en fait permettre de réparer des cerveaux humains lésés par un traumatisme ou des maladies comme l'alzheimer et le parkinson.

La recherche

L'équipe du Pr Czupryn a transplanté des neurones immatures d'hypothalamus de cerveau embryonnaire de souris saines dans celui de souris adultes dépourvues de récepteur pour une hormone, la leptine. Ce récepteur intervient dans la régulation de la masse corporelle.

Résultats : les chercheurs ont observé que les neurones transplantés se divisaient, comme à la normale, en quatre types de neurones distincts qui établissaient alors des liaisons fonctionnelles dans le cerveau des rongeurs malades.

L'intervention a permis de rétablir la voie de signalisation de la leptine dans le cerveau des souris malades, puisqu'elles se sont mises à maigrir pour finalement retrouver un poids normal.

Les auteurs de ces travaux publiés dans le magazine Science expliquent que la greffe de neurones ne peut être une méthode de gestion du poids. Ils affirment cependant que leur étude montre que cette greffe peut aider à réparer une région du cerveau chargée du contrôle de propriétés complexes très diversifiées.

En mars dernier, un phénomène qui permet à un même neurone d'employer deux modes de communication différents pour transmettre de l'information avait été observé par des chercheurs de l'Université de Montréal et de l'Université McGill.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Maladie

Science