Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le comité sur le français au travail ferait rapport au Parlement

Maxime Bernier répond aux questions des journalistes le 7 octobre 2010.

Maxime Bernier répond aux questions des journalistes le 7 octobre 2010.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le comité créé par Ottawa pour étudier le problème de la langue de travail au Québec dans les entreprises sous juridiction fédérale fera éventuellement rapport au Parlement, selon le ministre d'État Maxime Bernier.

C'est son collègue de l'Industrie, Christian Paradis, qui a surpris tout le monde en annonçant, jeudi, la création de ce comité. Impossible depuis l'annonce d'avoir un échéancier ou des détails sur la formation de ce comité ou sur son mandat.

L'opposition néo-démocrate est donc revenue à la charge, vendredi. Et en réponse à une question du député du NPD Robert Aubin, le ministre Bernier a déclaré que ce comité, après examen des faits, fera rapport aux Canadiens, ce qui voudrait dire au Parlement.

Le député Aubin doute quand même du sérieux du comité, surtout que le gouvernement conservateur s'oppose à son projet de loi privé qui cherche à régler la question. Le projet de loi C-315 réclame que le français soit obligatoirement la langue de travail dans les entreprises sous juridiction fédérale au Québec, tout en offrant quelques exceptions dans certains cas.

Lors du débat sur C-315, vendredi après-midi, les députés conservateurs s'y sont opposés. Certains affirmaient qu'ils ne veulent pas imposer des lois et des règles restrictives aux entreprises, surtout pas en temps de difficultés économiques.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !