•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada doit s'attaquer à la dette, selon Flaherty

Le ministre des Finances du Canada, Jim Flaherty, prononce un discours devant le Canadian Club à Toronto, le 25 novembre 2011.

Le ministre des Finances du Canada, Jim Flaherty, prononce un discours devant le Canadian Club à Toronto, le 25 novembre 2011.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans un discours prononcé vendredi devant le Canadian Club à Toronto, le ministre des Finances du Canada, Jim Flaherty, a déclaré que le gouvernement fédéral devait commencer à couper dans ses dépenses et rembourser sa dette.

Le ministre Flaherty doit entamer, début décembre, des consultations nationales en vue du budget fédéral de 2012. Il s'est d'ailleurs dit intéressé à recevoir les suggestions des Canadiens pour stimuler la création d'emplois et la croissance tout en maintenant les taux d'imposition à un faible niveau.

M. Flaherty a souligné qu'il souhaitait se concentrer sur le contrôle des dépenses, précisant que certains programmes et initiatives qui n'ont pas d'impact sur l'économie devaient être supprimés, sans en nommer aucun.

Le ministre n'entend pas accorder beaucoup d'attention aux propositions qui impliqueraient de nouvelles dépenses ou de nouveaux programmes gouvernementaux. Il en a profité pour déclarer que ce n'était pas le moment de faire des dépenses « dangereuses » ou « risquées ».

M. Flaherty et le gouverneur de la Banque du Canada, Mark Carney, affirment depuis plusieurs mois que les Canadiens doivent réduire aussitôt que possible les dettes accumulées lorsque les taux d'intérêt étaient faibles, en prévision d'une éventuelle hausse de ces taux.

Vendredi, le gouvernement fédéral annonçait dans sa revue financière un recul du déficit budgétaire pour le mois de septembre, ainsi que pour les six premiers mois de l'exercice financier 2011-2012.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !