•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sherbrooke : une équipe junior, mais pas de dictionnaire...

Le logo du Phoenix de Sherbrooke
Le logo du Phoenix de Sherbrooke Photo: LHJMQ
Radio-Canada

La chronique de Martin Leclerc

La nouvelle équipe de hockey junior majeur de Sherbrooke n'a pas encore disputé un match, que ses dirigeants marquent déjà dans leur propre filet. Ça démarre bien!

Depuis quelques semaines, l'actualité foisonne de nouvelles qui font état de la détérioration du français au Québec. Les employés de la Banque Nationale trouvent anormal de devoir travailler en anglais, des employés de la Caisse de dépôt (symbole de l'émancipation des francophones dans le milieu des affaires) déposent des plaintes parce que leurs patrons sont unilingues anglais, etc...

Jeudi, j'avoue avoir sursauté une fois de plus en apprenant que la future équipe de hockey junior majeur de Sherbrooke, dont les actionnaires sont pourtant de jeunes francophones comme l'ex-gardien Jocelyn Thibault et le défenseur des Stars de Dallas Stéphane Robidas, portera le nom de... Phoenix.

« Réputé pour sa longévité, sa puissance, sa royauté et son pouvoir de renaître, le phoenix est l'emblème choisi pour démontrer que l'équipe est à Sherbrooke pour y rester », a-t-on fait valoir lors de la présentation du logo et des couleurs de la formation.

Hein?

Je suis convaincu qu'il n'y avait aucune intention malveillante derrière cette bourde. Mais avant d'adopter le nom d'une organisation sportive dont le nom rayonnera partout en Amérique du Nord et de faire imprimer un logo, quelqu'un aurait-il au moins pu jeter un coup d'oeil au dictionnaire?

En tous cas, dans le Petit Larousse 2011, un phoenix est un palmier d'un genre représenté par 17 espèces, dont le dattier. Tandis que le nom de l'oiseau fabuleux de la mythologie égyptienne, à qui la légende attribuait le pouvoir de renaître de ses propres cendres s'écrit plutôt comme suit : phénix.

La seule manière d'épeler le nom de cette équipe P-h-o-e-n-i-x et de l'identifier à un oiseau mythique consisterait donc à prétendre que les dirigeants de l'équipe ont délibérément choisi d'adopter un nom anglais. Cela serait un non-sens.

Quand Jocelyn Thibault jouait dans la LHJMQ, il portait les couleurs des Faucons de Sherbrooke, pas des Falcons. Et avant les Faucons, il y avait eu les Castors, pas les Beavers.

Allez ! Qu'on corrige rapidement cette erreur et qu'on n'en parle plus. Et longue vie au Phénix de Sherbrooke!

Hockey

Sports