•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le mafioso Salvatore Montagna est abattu à Charlemagne

Salvatore Montagna

Salvatore Montagna

Radio-Canada

La purge dans la mafia se poursuit dans la région de Montréal. Un membre de la mafia italienne a été assassiné jeudi matin à Charlemagne, au nord-est de Montréal.

Le corps de Salvatore Montagna, l'une des figures les plus en vue de la mafia montréalaise, a été retrouvé jeudi matin sur la berge de la rivière L'Assomption. Le corps était atteint d'au moins un projectile d'arme à feu.

« Les informations nous permettent de croire que la personne avait subi des blessures et tentait de regagner l'autre rive de l'autre côté de la rivière de L'Assomption en partant de l'Île Vaudry », explique Benoit Richard de la Sûreté du Québec. Montagna était vu comme un possible successeur du parrain assassiné l'an dernier, Nicolo Rizzuto.

« Il s'est vraiment impliqué dans la réorganisation de la mafia à la suite du meurtre de Nicolo Rizzuto junior en 2009 . C'est officiel qu'il y a un lien entre l'attentat contre Raynald Desjardins et le meurtre de Salvatore Montagna. Les deux étaient des hommes clés dans la réorganisation et la chicane est prise au sein des gens qui essaient de réorganiser la mafia », affirme André Cédilot, spécialiste du crime organisé et de la mafia.

Des témoins ont affirmé avoir entendu au moins un coup de feu dans le secteur, plus tôt en matinée. La police municipale de Repentigny a transmis le dossier aux enquêteurs de la Sûreté du Québec. Montagna n'habite pas à Charlemagne. Les policiers tentent de savoir ce qu'il faisait dans le coin.

Salvatore Montagna dirigeait le clan new-yorkais des Bonnano en 2006. Il a été expulsé des États-Unis vers le Canada en avril 2009.

Montagna est né au Canada, mais il a grandi en Sicile avant d'émigrer aux États-Unis à l'âge de 15 ans. Citoyen canadien, M. Montagna ne pouvait être refusé par le gouvernement canadien lors de son expulsion des États-Unis. Il était marié et père de trois filles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Justice et faits divers