•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'accident d'hélicoptère de 2009 à Terre-Neuve suscite toujours des questions

Robert Decker
Robert Decker (archives). Photo: La Presse canadienne / Andrew Vaughan
Radio-Canada

Robert Decker, le seul survivant de l'accident d'hélicoptère qui a fait 17 morts en 2009 à Terre-Neuve, soutient qu'Ottawa n'en fait pas assez pour prévenir ce genre de tragédie.

Robert Decker a accordé exclusivement à la CBC sa première entrevue depuis la tragédie. Il dit qu'il a du mal à tourner la page, qu'il est impossible pour lui d'oublier cette journée du 12 mars 2009, lorsque l'hélicoptère qui le menait à une plateforme pétrolière s'est abîmé en mer.

M. Decker soutient que cet accident aurait pu être évité. Il s'interroge sur le rôle de Transports Canada. Il se demande pourquoi cet hélicoptère Sikorsky S-92 a été certifié, alors qu'il ne répondait pas aux normes de l'industrie. Selon ces normes, un hélicoptère doit pouvoir voler pendant 30 minutes sans huile dans sa boite d'engrenage.

Robert Decker se demande aussi pourquoi Transports Canada n'a pas agi après un incident similaire survenu en Australie huit mois avant l'accident de Terre-Neuve.

Transports Canada décline toute demande d'entrevue à ce sujet, arguant que la question du processus de certification de ces hélicoptères se trouve devant les tribunaux.

Cependant, Robert Decker et les familles des victimes de l'écrasement entendent bien continuer à exercer une pression sur Ottawa pour obtenir des réponses à ces questions, car avec la construction prochaine d'une quatrième installation pétrolière au large de la province, ces hélicoptères seront plus occupés que jamais.

Acadie

Transports