•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire Labeaume ne tolèrera pas d'autre campement

Les autorités ont démantelé le campement des indignés
Les autorités ont démantelé le campement des indignés
Radio-Canada

Les autorités de la Ville de Québec ont démantelé, mardi matin, le campement des indignés à la place de l'Université-du-Québec.

Dès 6 h, des employés municipaux ont mis à exécution la menace de la Ville d'expulser les indignés. Un périmètre de sécurité a été établi autour du site pour empêcher les gens d'y accéder. Des dizaines de policiers ont escorté les employés municipaux qui ont complété le démontage de la vingtaine de tentes et le nettoyage du site vers 7 h 15. La Ville mentionne que les biens saisis seront remis plus tard à leurs propriétaires.

Seulement quelques personnes étaient présentes, tôt mardi, lors de l'intervention des autorités municipales. Les indignés ont accepté de quitter les lieux sans résister.

L'un des manifestants, Guy Wera, a néanmoins critiqué l'attitude du maire Régis Labeaume en affirmant qu'il allait continuer de porter le message du mouvement. « On s'attendait à ce qu'il arrive quelque chose. Nous, on est là pour parler de démocratie, on est là pour montrer au peuple comment notre démocratie ne marche pas et qu'on a des dictateurs élus. Le comportement du maire est un comportement de dictateur. »

Le campement des indignés à Québec a été démanteléLe campement des indignés à Québec a été démantelé

Le porte-parole de la Ville de Québec, Jacques Perron, a rappelé que les manifestants devaient quitter les lieux uniquement pour des raisons de sécurité. « La position de la Ville est claire. Une fois que les installations vont avoir été démontées, les gens pourront revenir sur la place publique. On n'est pas contre la liberté d'expression. Les gens pourront revenir manifester et prendre la parole. Cependant, la Ville ne tolérera plus aucune installation, ça, c'est clair. »

Le maire de Québec, Régis Labeaume, avait lancé lundi soir un ultimatum aux indignés pour qu'ils quittent les lieux, affirmant que sa patience avait atteint sa limite. Pour le moment, la Ville ne prévoit pas affecter d'agent de sécurité à la surveillance des lieux.

Les indignés, pour leur part, entendent poursuivre leurs actions. Ils ont déjà ciblé d'autres parcs ailleurs dans la ville. Une assemblée est prévue mardi soir à 19 h pour faire le point.

Le maire Régis Labeaume s'est dit satisfait de l'opération. Il a aussi été clair sur la suite des choses. « C'est terminé. Ils ne sont plus là et ils n'iront pas s'installer ailleurs. On ne tolèrera pas ça. »

Les indignés du mouvement Occupons Québec étaient établis à la place de l'Université-du-Québec depuis le 22 octobre.

Québec

Justice et faits divers