Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Exclusif

Les Torontois disent oui au péage... à une condition

Autoroute 407

L'autoroute 407 est fermée (Archives)

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plus des deux tiers des résidents de la région de Toronto sont prêts à payer pour utiliser les routes, si les frais recueillis vont à la fois à l'amélioration du transport en commun et du réseau routier.

C'est ce que révèle un sondage Léger Marketing, commandé par CBC-Radio-Canada. Plus de 1500 répondants des régions de Toronto, Montréal et Vancouver ont été sondés en ligne du 11 au 15 novembre dernier.

Boulet politique

La région de Toronto connaît l'un des pires problèmes de congestion routière en Amérique du Nord.

La question du péage a fait les manchettes récemment, alors que le Board of Trade de Toronto et nombre d'experts ont affirmé que les élus devaient envisager cette possibilité sérieusement, afin de réduire la congestion et de financer l'expansion du réseau de transport en commun.

Le maire de Toronto, Rob Ford, s'oppose toutefois à l'idée, tout comme le gouvernement libéral à Queen's Park, du moins publiquement. Le gouvernement McGuinty a donné à son agence Metrolinx jusqu'en 2013 pour trouver les milliards de dollars nécessaires à la réalisation de son plan d'expansion des transports publics.

Combinaison déterminante

Selon le sondage, seul un faible pourcentage des habitants de Toronto et de sa banlieue (8 %) est en faveur du péage, si les recettes vont strictement au transport en commun. Mais les appuis totaux bondissent à 67 %, si les fonds amassés vont également à l'entretien et à l'amélioration de l'infrastructure routière. Quelque 27 % des résidents s'opposent complètement au péage.

Parmi les autres centres urbains au pays, 33 % des habitants de la région de Vancouver rejettent complètement l'idée, alors que jusqu'à 85 % des Montréalais sont en faveur, si les fonds servent à la fois aux transports publics et à l'entretien routier.

Changements d'habitude?

Il n'est pas clair à quel point le péage réduirait le problème de congestion routière dans la région torontoise. Selon le sondage, 43 % des banlieusards et des Torontois disent qu'ils continueraient probablement à se rendre au travail en voiture, même s'ils devaient payer pour utiliser les routes.

Par ailleurs, l'appui au péage diminue selon l'ampleur des frais imposés. Ainsi, 23 % des résidents de la région de Toronto sont prêts à payer un dollar par jour, comparativement à seulement 7 %, si le péage est fixé à six dollars ou plus.

La marge d'erreur du sondage est de 2,8 %, 19 fois sur 20. Pour ce qui est des résultats régionaux, la marge d'erreur est de 4,87 %.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !