•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Services en français en Ontario : des voix s'élèvent contre de possibles compressions

La députée néo-démocrate France Gélinas

La députée sortante de Nickel Belt, la néo-démocrate France Gélinas

Radio-Canada

L'ACFO-Toronto dénonce toute réduction du financement provincial des services en français.

Le président de l'organisme francophone, Jean-Pierre Boué, affirme qu'il y a déjà une pénurie de services bilingues dans la province.

N'allons pas faire des économies là où il y a déjà un manque.

Jean-Pierre Boué, ACFO-Toronto

Le premier ministre, Dalton McGuinty, admet qu'il ne peut pas garantir que son gouvernement ne sabrera pas le financement du français, dans le cadre de la réforme provinciale des services publics.

Les libéraux, qui font face à un déficit annuel de 16 milliards de dollars, se préparent à plafonner les dépenses dans tous les ministères, sauf en santé et en éducation.

C'est ce recommande l'économiste indépendant Don Drummond, chargé par le gouvernement de trouver des économies d'un milliard et demi dans les dépenses.

Campagne électorale

Durant la campagne précédant le scrutin du 6 octobre, le premier ministre avait pourtant accusé son rival conservateur, Tim Hudak, de préparer en cachette des coupes dans les services en français.

Dalton McGuinty indique maintenant que son gouvernement doit « procéder de manière juste et équitable, » parmi tous les ministères.

Critiques du NPD

De son côté, la députée néo-démocrate France Gélinas affirme que l'Office des affaires francophones a un budget annuel de cinq millions de dollars, un « budget qui n'est pas gros, » compte tenu du travail à faire.

Selon elle, toute réduction de budget aurait des effets néfastes sur les francophones.

Francophonie

Politique