•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un homme de 21 ans accusé de tentative d'assassinat sur Barack Obama

Oscar Ortega-Hernandez, le jeune homme accusé de tentative d'assassinat sur Barack Obama.

Oscar Ortega-Hernandez est accusé de tentative d'assassinat sur Barack Obama.

Photo : AFP

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'homme suspecté d'avoir tiré deux coups de feu sur la Maison-Blanche vendredi dernier a été accusé de tentative d'assassinat sur la personne de Barack Obama et de son équipe. Ramiro Ortega-Hernandez avait été interpellé mercredi après une courte cavale. Il encourt la prison à perpétuité.

Lors de sa comparution jeudi devant un juge fédéral, le jeune homme âgé de 21 ans a simplement répondu « Oui M'dame » lorsque la magistrate lui a demandé s'il comprenait qu'il allait être transporté à Washington pour répondre des charges qui pèsent contre lui. Durant la courte audience, Ortega-Hernandez est resté tranquille, les mains libres, mais les pieds enchaînés.

L'accusé va être transféré depuis le centre pénitencier de Pittsburgh vers Washington, où il sera ensuite entendu par un juge fédéral. Ce dernier devra se prononcer sur le sort de Ramiro Ortega-Hernandez qui pourrait être placé en détention dans l'attente de son procès. Aucune date n'a encore été fixée pour son inculpation, indique le ministère de la Justice.

Originaire de l'Idaho, Ramiro Ortega-Hernandez est décrit par son entourage comme un homme asocial, instable et violent. L'individu présente un nombre record d'arrestations dans les États de l'Idaho, de l'Utah et du Texas. Porté disparu le 31 octobre dernier par sa famille, il a été dernièrement arrêté à Arlington, en Virginie, pour une autre affaire.

Ses motivations restent encore obscures. Selon la plainte, qui cite un témoin ami du suspect, Ramiro Ortega-Hernandez considérait le président Obama comme « le diable » dont « il fallait s'occuper ». Selon lui, l'accusé « préparait quelque chose » et « ne s'arrêterait pas tant que ce ne serait pas fait ». D'après les autorités, Ortega-Hernandez ne serait lié à aucun mouvement radical.

Cinq jours de cavale

Vendredi dernier, l'accusé vêtu de noir et armé d'un fusil d'assaut avait réussi à tirer à deux reprises sur la façade de la Maison-Blanche, avant de prendre la fuite. Une balle s'était logée dans une fenêtre blindée des appartements de la famille Obama, qui était absente à ce moment-là.

Peu de temps après la fusillade, la police des Parcs nationaux des États-Unis avait retrouvé une voiture abandonnée à quelques encablures de la Maison-Blanche. Le fusil d'assaut se trouvait à l'intérieur.

Après une courte enquête, Ramiro Ortega-Hernandez a été appréhendé mercredi, dans un hôtel près d'Indiana, à une centaine de kilomètres à l'est de Pittsburgh, avait annoncé le Service secret, l'unité chargée de la protection du président américain. Le réceptionniste de l'établissement avait alerté les autorités, après la diffusion du portrait du suspect dans les médias, a indiqué le porte-parole de l'agence gouvernementale, George Ogilvie.

Selon le Service secret, les tirs se sont produits à la hauteur du 1600 Constitution Avenue, entre l'Ellipse, le jardin situé juste au sud du complexe de la Maison-Blanche, et l'obélisque dressé au milieu du Mall, l'immense parc rectangulaire du centre de la capitale. De même source, cet endroit est situé à environ 600 à 700 mètres au sud de la Maison-Blanche.

Des tests balistiques sont en cours pour déterminer si les projectiles correspondent à l'arme retrouvée dans la voiture la semaine dernière.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !