•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Italie : Monti à la tête du gouvernement et du ministère de l'Économie

Mario Monti  et les membres de son gouvernement lors de la cérémonie d'assermentation le 16 novembre 2011

Mario Monti et les membres de son gouvernement lors de la cérémonie d'assermentation le 16 novembre 2011

Photo : AFP / TIZIANA FABI

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Mario Monti a officiellement pris mercredi la tête d'un gouvernement d'experts et de technocrates en Italie. L'ex-commissaire européen se réserve le portefeuille de l'Économie.

Au terme de sa rencontre avec le président Giorgio Napolitano, Mario Monti, qui a insisté sur le fait que la croissance économique de l'Italie était pour lui une priorité, a déclaré à la presse qu'il présentera son programme de gouvernement et ses mesures d'urgence contre la crise jeudi, au Sénat. Des votes de confiance dans les deux chambres du Parlement doivent avoir lieu par la suite.

Les deux principales formations politiques, le Parti démocrate (gauche) et le Peuple de la liberté (droite) ont assuré mardi qu'elles soutiendront son gouvernement.

Le gouvernement Monti est composé exclusivement de technocrates. Il compte 16 ministres, dont 12 avec un portefeuille. Corrado Passera, le patron de la banque Intesa Sanpaolo, devient notamment ministre du Développement économique et des Infrastructures.

Certains analystes estiment que l'absence de politiciens au sein du gouvernement Monti pourrait le rendre plus vulnérable aux vicissitudes de la vie politique.

Le nouveau chef de gouvernement soutient plutôt que cela lui permettra d'être à l'écart des disputes politiques et de se concentrer sur les réformes dont l'Italie a besoin.

Le nouveau gouvernement italien aura pour tâche de mettre en oeuvre les nouvelles mesures d'austérité que réclament les marchés. M. Monti a aussi dit espérer que l'annonce de son Cabinet calmerait les investisseurs, inquiets face au poids de la dette italienne.

La dette publique de l'Italie atteint 1900 milliards d'euros, ce qui équivaut à 120 % du produit intérieur brut.

Les coûts d'emprunt du gouvernement italien ont refranchi la barre des 7 % cette semaine, un seuil jugé insoutenable par les économistes.

Ce taux est d'autant plus inquiétant que l'Italie doit refinancer environ 200 milliards d'euros d'obligations d'ici la fin avril.

Une personnalité d'envergure à la coopération internationale

Le fondateur de la Communauté de Sant'Egidio, Andrea Riccardi, deviendra pour sa part ministre de la Coopération internationale.

La Communauté de Sant'Egidio, née à la fin des années 60 pour aider les populations marginalisées de la banlieue de Rome, est une institution influente de l'Église sur le plan diplomatique.

Au fil des années, elle s'est spécialisée dans le dialogue interreligieux et les médiations discrètes un peu partout dans le monde. Elle s'est rendue célèbre par son rôle dans l'accord de paix qui a mis fin à la guerre civile au Mozambique au début des années 90.

Andrea Riccardi, spécialiste du pontificat de Jean-Paul II, est considéré comme l'une des personnalités italiennes ayant un des carnets d'adresses internationales les plus étendus.

Tous les ans, il rencontre des centaines de personnalités politiques et religieuses lors des rencontres interreligieuses que la communauté organise dans différentes villes du monde.

Un gouvernement bien accueilli en Europe

Le président français, Nicolas Sarkozy, a été l'un des premiers dirigeants européens à féliciter M. Monti en rappelant que « les semaines à venir seront décisives ».

À Berlin, le porte-parole d'Angela Merkel a fait savoir que la chancelière allemande était prête à le rencontrer.

Le premier ministre du Luxembourg et chef de file de l'Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, estime que la formation d'un exécutif sous la direction de Mario Monti est « une bonne nouvelle pour l'Italie et pour la zone euro ».

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !