ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

François Legault dévoile son plan d'action

François Legault
François Legault
Radio-Canada

François Legault a dévoilé lundi le coeur du programme politique de son parti, officiellement baptisé Coalition avenir Québec. Aux thèmes déjà abordés depuis le début de l'année, la CAQ a ajouté diverses propositions inspirées du débat sur la corruption et la collusion dans l'industrie de la construction.

La CAQ propose notamment de créer un poste de commissaire à l'intégrité de la vie publique, relevant de l'Assemblée nationale, qui « regrouperait, en les élargissant, les mandats actuellement dévolus au commissaire à l'éthique, au commissaire au lobbyisme et à l'Unité permanente anticorruption du ministère de la Sécurité publique ».

Il propose aussi que les procès pour corruption ou collusion soient tenus dans un délai de six mois après le dépôt des accusations. Les procès en appel se tiendraient aussi six mois après le dépôt de la demande.

La CAQ ajoute que cela nécessitera vraisemblablement l'octroi de ressources supplémentaires aux tribunaux, une position qui fait écho aux revendications des procureurs de la Couronne et des juristes de l'État.

La CAQ propose aussi:

  • d'édicter de nouvelles règles d'attribution des contrats publics, notamment au ministère des Transports, afin qu'une « véritable concurrence » puisse voir le jour;
  • d'étudier la possibilité d'octroyer aux municipalités le droit d'annuler et de reprendre un appel d'offres si aucun soumissionnaire ne présente un prix raisonnable;
  • de ramener l'expertise en ingénierie au sein du ministère des Transports.

La Coalition avenir Québec souhaite en outre que Montréal serve de locomotive économique pour le Québec. Ce parti voudrait aussi développer des plans de croissance pour chacune des régions du Québec, en s'appuyant sur les particularités de chacune.

Nous sommes nombreux à savoir qu'avec nos ressources naturelles exceptionnelles, avec notre population scolarisée, avec notre créativité, qui est réputée, reconnue mondialement, oui, le Québec peut faire mieux, le Québec peut et doit être plus riche.

François Legault

Prudence sur une alliance politique avec l'ADQ

M. Legault, qui a longtemps milité en faveur de la souveraineté du Québec, a aussi réitéré qu'il n'est pas question pour lui de rouvrir la Constitution.

« Au Québec, depuis plus de 40 ans, le contexte nous a forcé à nous définir d'abord comme souverainistes ou fédéralistes. Depuis que j'ai le droit de vote, je n'ai pu m'exprimer que sur cette seule question. Pourtant en démocratie, nous devrions pouvoir nous prononcer sur l'éducation, la santé, l'économie et plusieurs autres sujets qui nous préoccupent », a-t-il dit.

Lors de la période de question suivant la conférence de presse, M. Legault est demeuré vague quant à la possibilité que son parti s'allie à l'Action démocratique du Québec (ADQ). « On va voir si on est capable de s'entendre sur les idées », a-t-il laissé tomber.

Interrogé sur l'une des pommes de discorde qui pourraient surgir de ces discussions, à savoir la place du privé dans le système de santé, M. Legault a dit qu'il n'était « pas dogmatique », et qu'il n'est donc pas fermé à des projets pilotes. Il ajoute du même souffle que son parti « ne propose pas de faire plus de place au privé », et que cela « n'est pas une priorité à court terme ».

Démarrer un nouveau parti, ce n'est pas chemin le plus facile, mais je crois que c'est la meilleure façon d'atteindre notre objectif : un véhicule qui va rassembler tous ceux qui souhaitent que le Québec recommence à avancer.

François Legault

M. Legault a aussi dit que son parti ne présente pas de candidat à la partielle dans Bonaventure parce qu'elle a été déclenchée avant que son parti ne soit officiellement fondé. Il a dit ne soutenir aucun candidat, et pas plus celui de l'ADQ, Georges Painchaud, que les autres.

Je lance ce nouveau parti parce que je veux laisser en héritage à mes deux garçons, ainsi qu'à tous les jeunes de leur génération, une nation forte, vibrante et pleine d'espoir.

François Legault

Un nouveau logo pour la CAQ

La conférence de presse de la CAQ se tenait au Palais Montcalm de Québec, neuf mois après la fondation du mouvement politique qui portait presque le même nom. En plus de nouveaux éléments de son plan d'action, le parti a aussi dévoilé son nouveau logo.

Au cours des derniers mois, la CAQ avait dévoilé ses grandes orientations en matière d'économie, de santé, d'éducation et de langue et de culture.

Les nouvelles propositions présentées lundi ont été élaborées dans la foulée des consultations publiques tenues par M. Legault dans différentes villes du Québec au cours des dernières semaines.

Depuis le début de l'année, la Coalition a notamment proposé de fusionner les commissions scolaires avec les directions régionales de l'éducation, d'éliminer les élections scolaires et de permettre aux universités de moduler les frais de scolarité en fonction des programmes d'études.

En conférence de presse lundi, il a précisé que la taxe scolaire ne serait pas abolie et serait maintenue à 35 ¢ par tranche de 1000 $ de la valeur des propriétés, mais qu'elle pourrait plutôt être collectée par les municipalités, grâce à une ligne supplémentaire sur l'avis d'impôt foncier. Les sommes seraient envoyées au gouvernement du Québec.

En santé, la CAQ souhaite modifier la rémunération des médecins de famille, abolir les agences de santé et de services sociaux et contrôler le coût des médicaments.

Son programme économique mentionne notamment la nécessité de revaloriser l'entrepreneuriat. Les fondateurs de la Coalition, deux hommes d'affaires, se disent inquiets du manque de relève dans ce domaine et prônent la création d'entreprises dans la province. Ils ont également insisté sur l'importance de réduire la dette publique.

Finalement, en matière culturelle, la CAQ propose de réduire le nombre d'immigrants reçus au Québec à 45 000 par année pour une période de deux ans afin de favoriser leur francisation.

La conférence de François Legault en direct

Cliquez ici pour relire notre blogue en direct sur le dévoilement du plan d'action de François Legault.

Politique