•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La guerre, à travers les photos de onze femmes

La petite afghane Mah Bibi, en compagnie des ses frères

Mah Bibi est la seule femme que Nick Danziger n'a pas retrouvée.

Photo : Nick Danziger

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

En 2001, le photoreporter britannique Nick Danziger avait photographié onze femmes touchées par la guerre en Sierra Leone, au Kosovo, en Bosnie-Herzégovine, en Afghanistan, en Israël, dans les territoires palestiniens et en Colombie. Dix après ce travail accompli pour le compte du Comité international de la Croix-Rouge, il a voulu savoir ce qu'étaient devenues Olja, Dzidza, Zakiya, Amanda, Nasrin, Qualam, Efrat, Shinaz, Mariatu, Sarah et la petite Mah Bibi.

« On fait souvent des reportages sur des personnes en situation difficile sans jamais savoir ce qu'elles deviennent par la suite, souligne le journaliste. Je m'étais attaché à plusieurs de ces femmes et j'ai voulu découvrir ce qui s'était passé dans leur vie depuis que je les avais photographiées », ajoute-t-il pour expliquer l'origine de son livre intitulé Onze femmes face à la guerre, publié ces jours-ci aux éditions du Passage.

Après avoir remué ciel et terre, Nick Danziger a retrouvé toutes ses femmes, sauf une. Malgré ses efforts et ses nombreux contacts en Afghanistan, Mah Bibi est restée introuvable. Il a finalement appris qu'elle était décédée. « À l'époque, elle n'avait que 11 ans et elle était déjà chef de famille, raconte le photographe. Sa mère était morte et son père porté disparu, elle s'occupait alors de ses frères âgés de 5 et 7 ans. »

Les dix autres femmes sont en revanche toujours en vie. L'une d'entre elles, Mariatu, a d'ailleurs posé ses valises au Canada, à Toronto précisément. Originaire de Sierra Leone, elle a été amputée de ses deux mains par des rebelles qui voulaient l'empêcher d'aller voter, « alors qu'elle ne savait même pas ce que ça voulait dire, voter », observe Nick Danziger qui se souvient de sa détresse.

Bonheurs et malheurs

En Afrique, ses proches, notamment sa grand-mère, n'avaient plus de nouvelles d'elle. Le photographe a finalement retrouvé Mariatu grâce aux lecteurs canadiens d'un magazine qui l'ont reconnue sur une photo. Aujourd'hui, le livre de Nick Danziger la montre tout sourire, en train de se maquiller avec habileté.

D'autres histoires sont moins heureuses. « Pour certaines, même si les combats ont cessé, la guerre n'est pas terminée. Les traumatismes sont encore vivaces », indique le photographe qui pense notamment à Dzidza, qui est sans nouvelles de son mari et de son fils depuis dix ans. « Lorsqu'elle est revenue dans son village en Roumanie, sa maison était détruite. Elle n'a retrouvé dans les décombres qu'un carnet de notes et une bille », raconte Nick Danziger.

Lauréat en 2004 du World Press Award pour un portrait miroir de George W. Bush face à Tony Blair, en avril 2003, alors que les deux hommes étaient en train de s'entendre sur le déclenchement de la guerre en Irak, Nick Danziger exposera les photos de ces onze femmes au musée de la guerre d'Ottawa, en janvier prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !