•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fuites de pétrole au Nigeria : Shell doit verser 1 milliard, dit Amnistie internationale

Une plateforme pétrolière de Shell dans le delta du Niger

Photo : AFP / Shell Oil

Radio-Canada

Shell doit s'engager à payer un milliard de dollars pour amorcer le nettoyage de zones polluées par deux déversements d'hydrocarbures dans le delta du Niger, au Nigeria. C'est ce qu'ont déclaré Amnistie internationale et le Centre nigérian pour l'environnement, les droits de la personne et le développement.

Ces deux organismes ont rendu public jeudi le rapport La vraie tradégie : retards et incapacité à stopper les fuites de pétrole dans le delta du Niger. Selon eux, le géant pétrolier anglo-néerlandais a seulement offert 50 sacs de riz, des haricots, du sucre et des tomates aux quelque 69 000 citoyens de la ville de Bodo, victimes de la catastrophe.

En 2008, des milliers de barils de pétrole ont contaminé la terre et des cours d'eau autour de Bodo à la suite de deux défaillances dans l'oléoduc Trans-Niger. Plusieurs semaines se sont écoulées avant que les fuites ne soient colmatées.

Il est temps que cette société qui vaut plusieurs milliards de dollars assume sa responsabilité, nettoie et passe à la caisse.

Aster van Kregten, chercheuse pour le Nigeria, Amnistie internationale

La communauté de Bodo a déjà tenté d'obtenir une compensation et le nettoyage de ces zones. Elle a aussi entrepris des démarches judiciaires contre Shell en Grande-Bretagne.

La réponse de Shell

Shell a reconnu en août dernier sa responsabilité dans les fuites de pétrole qui ont affecté la vie des citoyens de cette région.

Dans un communiqué, Shell a indiqué être « déjà en train d'appliquer beaucoup des recommandations du rapport ». La compagnie versera des « dédommagements adéquats dont le montant est actuellement l'objet de procédures légales au Royaume-Uni ». La compagnie attribue la lenteur du nettoyage à des problèmes de sécurité ainsi qu'au « sabotage et au vol de pétrole », ce que conteste Amnistie internationale.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Pollution

International