•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Étude sur le gaz de schiste en C.-B : menace équivalente à celle des sables bitumineux

Gaz de schiste
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2011 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La plus récente étude du Centre canadien de politiques alternatives soutient que les sites d'extraction par fracturation hydraulique du nord de la Colombie-Britannique représenteraient une aussi grande menace pour les cours d'eau que les sables bitumineux albertains.

Cette étude, rendue publique mercredi, vient contredire ce que l'industrie minière et le gouvernement provincial avançaient à ce sujet jusqu'à présent. Les chercheurs avancent que l'extraction par fracturation hydraulique n'est pas une méthode plus verte que celles utilisées pour extraire le pétrole des sables bitumineux.

La fracturation hydraulique est une technique d'extraction qui utilise un grand volume d'eau. Celui-ci est mélangé à des produits chimiques et du sable pour arriver à fracasser la roche.

Ainsi, si l'industrie du gaz de schiste continue son expansion comme prévu, elle pourrait voir doubler ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020.

De plus, le Centre canadien de politiques alternatives déplore que le gouvernement provincial ait donné accès aux compagnies d'exploitation minière à son eau pour les 20 prochaines années, sans avoir mené des consultations publiques.

L'étude indique que si l'industrie du gaz de schiste continue de prendre de l'expansion, ses besoins en eau pourraient doubler ou même tripler. Le document explique que la fracturation hydraulique présente une menace pour l'eau potable et l'énergie hydraulique de la province.

Les solutions du Centre canadien de politiques alternatives

Dans son rapport, le Centre canadien de politiques alternatives propose plusieurs recommandations, dont l'établissement d'un plafond annuel pour la quantité de production de gaz de schiste.

Il conseille aussi d'augmenter le prix de l'eau pour l'industrie minière. Actuellement, l'eau est offerte gratuitement ou à très peu de frais.

Le rapport demande également au gouvernement provincial d'expliquer comment il atteindra ses objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre tout en continuant à permettre l'exploitation du gaz de schiste sur son territoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !