•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les particularités du cerveau autiste

Le cerveau d'une femme
Photo: iStockphoto
Radio-Canada

Les enfants autistes ont plus de neurones et un cerveau plus gros que ceux qui ne souffrent pas de ce trouble du développement aux origines toujours incertaines, ont démontré des neurologues américains.

L'autopsie de cerveaux de treize jeunes garçons autistes âgés de 2 à 16 ans a permis à des chercheurs de l'Université de Californie à San Diego de constater qu'ils avaient 67 % de neurones en plus dans le cortex préfrontal, une région qui contrôle le langage, la communication et la pensée.

Le Dr Éric Courchesne et ses collègues ont aussi déterminé que le poids du cerveau des autistes dans l'échantillon était de 17,6 % plus grand que celui des enfants normaux au même âge.

Un enfantLes personnes qui développent ce trouble présentent des difficultés avec l'interaction sociale et la communication. Ils se referment régulièrement dans des comportements répétitifs, entraînant l'isolement et des problèmes psychiques. Photo : iStockphoto

Ces travaux confirment des observations faites il y a une dizaine d'années, qui révélaient une croissance excessive du cerveau chez les enfants autistes.

À ce moment, les neurologues avaient émis la théorie qu'une prolifération excessive de ces neurones, résultant d'un dysfonctionnement prénatal, serait peut-être la cause sous-jacente du syndrome.

Cette étude est la première à mesurer quantitativement l'excès neuronal dans le cortex préfrontal et a confirmé la théorie selon laquelle une surabondance pathologique de neurones est présente dans des zones clés du cerveau à un très jeune âge chez les autistes.

Auteurs

Le Dr Courchesne explique que, dans la mesure où ces neurones corticaux ne sont pas fabriqués après la naissance, l'accroissement anormal de leur nombre chez les enfants autistes serait le signe d'un processus prénatal.

Le neurologue explique que la prolifération de ces neurones se fait entre la dixième et la vingtième semaine de la grossesse de manière exponentielle et que, durant le troisième trimestre et les premiers moments de la vie de l'enfant, environ la moitié de ces neurones sont éliminés dans un processus normal de mort cellulaire.

Selon le Dr Courchesne, c'est précisément l'échec de ce processus clé du développement qui crée apparemment un excès pathologique de neurones corticaux.

Nous avons trouvé un tel excès de neurones dans tous les cerveaux des enfants autistes étudiés dans cette recherche.

Dr Courchesne

Ces résultats laissent donc penser qu'un nombre excessif anormal de ces neurones pourrait être assez fréquent parmi les enfants autistes. L'explication de la cause du nombre excessif de neurones pourrait permettre une meilleure compréhension de l'autisme et conduire éventuellement à la mise au point de traitements.

Le détail de ces travaux est publié dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).

Le saviez-vous?

L'autisme touche environ une personne sur 166, mais sa prévalence augmente constamment au Canada.

Avec les informations de Agence France-Presse

Santé